fbpx

Lancé le 15 mars dernier, l’e-shop « Les Colibris » propose des accessoires Made in France et « zéro déchet » confectionnés dans un atelier de réinsertion sociale, à partir de tissus upcyclés et de tissus en fibre naturelle. C’est un défi que Sophie Tulpain s’est lancé !

Focus sur Sophie Tuplain, CEO de l’entreprise « Les colibris »

Bonjour Sophie ! Expliquez-nous votre parcours, comment vous est venu l’idée de ce projet ?

Sophie : J’ai travaillé dans le secteur de la mode en tant que responsable digital, dans le domaine du E-commerce. J’adorais mon travail, mais il me manquait quelque chose, je souhaitais une dimension plus sociale dans mon travail. J’avais besoin de travailler pour un projet qui avait de l’impact. J’ai donc quitté mon emploi en mars 2018 et je suis partie de Paris.

Par la suite, j’ai découvert l’univers de la couture, j’ai compris que je pouvais confectionner moi-même des objets du quotidien. J’ai commencé avec des sacs à vracs, que j’ai confectionné pour moi, puis dans un second temps pour des proches qui m’en avait demandé. Ensuite, mon premier produit a été un pack de lingettes démaquillantes. En effet, je me suis rendue compte du gaspillage présent dans notre vie quotidienne et des problèmes de recyclage.

Je voulais proposer une vraie solution, avec un projet social. C’est ainsi que j‘ai choisi de travailler avec une association de femmes qui souhaitent avoir une réinsertion dans le monde professionnel. L’atelier est situé à proximité de Lille. L’association propose des contrats de 6 à 24 mois avec une formation aux métiers de la couture. La dimension écologique est très importante pour moi, c’est pourquoi j’utilise le concept de l’upcycling afin de contrôler l’impact de chaque maillon de la chaîne : 70% à 80% utilisés sont issus de l’upcycling. Quant aux autres produits, ils sont toujours labellisés, ou bio … 

Selon vous, comment le « Zéro Déchet » peut-il changer nos vies ? De quelle manière cela impact l’environnement ?

Sophie : La mission de la marque est de convertir un maximum de personnes au « zéro déchet » car plus on sera nombreux à le faire, plus on aura un impact. Si nous sommes des millions à le faire, cela aura un impact sur les industriels, car ils auront moins de demande et devront donc s’adapter vers quelque chose de plus responsable.

On peut également s’engager au sein d’une association, au sein de sa ville. Pour moi, il faut aller plus loin pour avoir un impact.

Le « zéro déchet » c’est changer tout un mode de vie, ne plus aller au supermarché, changer et organiser sa manière de consommer et de se renseigner pour consommer local. Globalement, c’est un nouveau mode de consommation et de savoir-vivre. 

Votre entreprise est 100% made in France, pouvez-vous nous en dire plus ? Pourquoi est-ce important pour vous d’être Made in France ? Est-ce une force ou une faiblesse ?

Sophie : Pour moi, c’est totalement une force. Ces dernières années, nous avons beaucoup eu tendance à délocaliser alors qu’on sait faire en France. C’est dommage parce que cela a mis des gens au chômage, car leurs compétences n’étaient plus utilisées en France. Le made in France n’a que du bon. Avec la crise du Covid-19, nous avons vu les limites de la dépendance aux pays lointains. Ce qui serait génial serait de s’auto-suffire. Je suis consciente qu’il existe des compétences intéressantes dans d’autres pays que nous n’avons pas en France et qu’il est intéressant de travailler avec ces pays pour ces compétences là. Je pense qu’il faut trouver le juste équilibre. Quand le savoir-faire existe en France, il faut privilégier le local. Pour le reste, travailler avec d’autres pays de manière intelligente et dans une démarche à faible impact environnemental !

Les colibris c’est également une entreprise engagée, de quelle manière s’est mis en place ce projet social ?

Sophie : C’est une exigence de ma part de travailler avec un projet à but associatif. Dès le départ, j’ai pris contact avec des associations. L’association que j’ai sélectionné pour produire mes produits a une vraie connaissance du métier. Laurence et Hélène encadrent les personnes en réinsertion. Elles sont capables de les former de manière efficace. De plus, elles fournissent un travail de qualité. 

Quels sont vos best-sellers ?

Sophie : J’ai lancé le e-shop ce 15 mars dernier. Avec deux mois de recul, je peux dire que les best-sellers sont les charlottes alimentaires qui ont pour objectif de remplacer l’usage de l’aluminium et de la cellophane, car ils sont très nocifs.

Ensuite, les Débarbouillettes : il s’agit de remplacer des cotons jetables par des morceaux de tissus lavables et réutilisables. Je me suis rendue compte qu’une femme consomme environ 2000 cotons jetables par an. Cela peut vraiment contribuer à réduire notre production de déchets au quotidien.

Enfin, l’éponge végétale : elle est composée de matière végétale, à partir d’une courge Luffa que l’on peut faire pousser dans les pays chauds. C’est le seul produit que j’importe de l’étranger. L’éponge est 100% biodégradable et utilisable 6 mois. 

Pour finir, quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterai faire une transition vers le zéro déchet ? Par où commencer ?

Sophie : Je pense que le terme zéro déchet reste assez utopiste. Je parlerais plus de réduction des déchets. Tout d’abord, il faut regarder ce qu’on jette. Identifier ce qu’il y a dans ses poubelles et ce qui va provoquer le moins d’effort à supprimer. Il ne faut pas que ce soit contraignant.

Il faut commencer peu à peu, par exemple avec les cotons. Ensuite, on pourra continuer chaque fois plus loin.

Focus sur un produit phare « Les débarbouillettes et leur pochette upcyclée »

Ces débarbouillettes sont des lingettes démaquillantes lavables composées d’une face en tencel et d’une autre en chanvre. Elles sont très douces et permettent de se démaquiller correctement : aussi bien le fond de teint que le rouge à lèvre ou autres… Enfin, elles peuvent se laver à la main ou encore à la machine à 30°C. Le point positif du kit est qu’il se compose de sept débarbouillettes, une pour chaque jour de la semaine ainsi que d’une petite pochette colorée en tissu upcyclé qui permet de les emmener partout avec vous. C’est un très bon moyen pour commencer avec le « zéro déchet », car cela n’est pas du tout contraignant.

Vous pourrez vous en procurer ici.

De nombreux autres accesoires sont disponibles sur l’eshop, qu’il s’agisse de produits pour la cuisne, la salle de bain… Commencer un nouveau mode de vie « zéro déchet » n’a jamais été aussi simple avec Les Colibris ! Retrouvez d’autres articles sur l’écologie dans la rubrique dédiée : https://omagazine.fr/category/ecologie/

Site : https://lescolibris-shop.com/

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.