Gérald Darmanin veut révoquer le policier qui a insulté une victime d’agression sexuelle 

Le site d’information Mediapart a révélé cette semaine l’audio d’un policier en train d’insulter une victime d’agression sexuelle. Pour le ministre de l’Intérieur, ce policier “n’a plus sa place” dans l’institution. 

Le site d’information Mediapart a révélé l’audio d’un policier insultant de “grosse p*ute” une victime d’agression sexuelle. Le policier ayant mal raccroché le téléphone, ses propos insultants ont donc été enregistrés dans la messagerie de la plaignante. On l’entend proférer des insultes à plusieurs reprises sur la victime d’agression sexuelle, dont il est chargé du dossier. Le ministre Gérald Darmanin prévoit donc de demander la révocation de ce fonctionnaire de police.

L’exécutif a réagi en condamnant fermement les propos du policier. La préfecture de police de Paris a ainsi dénoncé “des propos inadmissibles”. Le préfet de police de Paris Didier Lallemand a exigé une suspension “à titre conservatoire” du fonctionnaire de police. Il a également saisi l’IGPN (Inspection générale de police nationale, ndlr). 

A lire également : DROITS DES FEMMES : Quelles avancées depuis 2017 ?

Pour Gérald Darmanin, ce policier “a craché sur l’uniforme de la République”

Invité sur les antennes d’Europe 1, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est exprimé de façon ferme pour condamner l’attitude du représentant des forces de l’ordre : “Ce policier a sali toutes les femmes qui essaient de déposer plainte (..) Il a craché sur l’uniforme de la République (…) Ce Monsieur n’a plus sa place dans la police nationale”. 

Marlène Schiappa, ministre-déléguée à la Citoyenneté, dénonce également des “propos inqualifiables” et exige des “sanctions exemplaires” face à ce type de comportement. Cependant, pour elle ce comportement ne “reflète pas la réalité du travail mené par les policiers pour accueillir les femmes”. 

Condition d’accueil des victimes dans les commissariats 

Cette révélation interroge encore sur les conditions d’accueil des victimes subissant des violences sexuelles. Le #DoublePeine avait émergé à la fin de l’année 2021. En effet, de nombreuses femmes témoignent des conditions exécrables dans lesquelles elles ont été accueillies dans les commissariats. De nombreuses associations féministes, comme NousToutes, ont déjà dénoncé un manque de formation des policiers. Sa présidente, Caroline De Haas, dénonçait alors dans une tribune du Monde la politique et la justice comme « structurellement défaillantes ».

Laisser un commentaire

Ô Magazine
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
Autoriser tous les cookies
Enregistrer la sélection
Paramètres individuels
Paramètres individuels
Il s'agit d'un aperçu de tous les cookies utilisés sur le site Web. Vous avez la possibilité de définir des paramètres de cookies individuels. Donnez votre consentement à des cookies individuels ou à des groupes entiers. Les cookies essentiels ne peuvent pas être désactivés.
Sauvegarder
Annuler
Essential (1)
Essential cookies are needed for the basic functionality of the website.
Afficher les cookies