fbpx

Rebelle, passionnée par l’art, symbole de l’avant-garde et capable d’étonner le public de son époque. Berthe Morisot, peintre française impressionniste, est de retour dans une nouvelle exposition au Musée d’Orsay du 18 juin au 22 septembre 2019. Laissez-vous ensorceler par cette fée de la toile, femme dans le monde exclusivement au masculin de l’art impressionniste. A ne pas rater !

Berthe Morisot et l’art : la rebelle qui venait de Bourges

berthe morisot_derosa_omagazine_1
B. Morisot - La Lecture (1873) Huile sur toile © Wikipedia.fr

Le 19ème siècle n’était pas une époque facile pour une jeune femme peintre et Berthe Morisot, avait déjà payé le prix des conventions sociales. Même si elle était née dans une famille riche et importante (son père était Tiburce Morisot, conseiller de la Cour des comptes), elle n’avait pas le droit d’étudier dans une école de beaux-arts comme les autres artistes hommes. C’est pour ça que, en soutenant ses trois filles, le clairvoyant Tiburce, avait trouvé une solution: celle d’embaucher un peintre qui pouvait donner des leçons privées à Yves, Edma et à Berthe, bien sûr.

berthe morisot_derosa_omagazine_2
B. Morisot - Femme à sa toilette (1875) Huile sur toile © Wall Street International Magazine

Joseph Benoit Guichard, peintre lyonnais, sera le premier maitre des sœurs Morisot à Paris. Il dira à leur mère : « Avec des natures comme celle de vos filles, ce ne sont pas des petits talents d’agrément que mon enseignement leur procurera ; elles deviendront des peintres. Vous rendez-vous bien compte de ce que cela veut dire ? Dans le milieu de la grande bourgeoisie qui est le vôtre, ce sera une révolution, je dirais presque une catastrophe. Etes-vous bien sûre de ne pas me maudire un jour ? ». Cependant, Berthe, la rebelle de Bourges, avait clair son destin en défient la société…

Berthe Morisot: la première peintre impressionniste 

berthe morisot_derosa_omagazine_3
Berthe Morisot dans un tableau de Eduard Manet (1872) huile sur toile © Wikipedia.fr

Berthe Morisot fut la première peintre impressionniste, femme parmi les hommes, dans un univers au masculin. Malgré les préjudices, la logique machiste de cette époque, notre artiste continuera son parcours. En étudiant à Paris, Berthe et sa sœur Edma, deviendront des copistes au Louvre. Les premières expositions de Berthe, élève de Jean-Baptiste Camille Corot, seront mises en place à partir de 1864. De toute façon, il sera en 1865 que Berthe recevra une très bonne critique. Au Salon de la peinture et de la Sculpture, en fait, Paul Mantz dira de ses tableaux qui avaient « beaucoup de sentiment dans la couleur et la lumière ».

berthe morisot_derosa_omagazine_4
B. Morisot - Julie rêveuse (1894) huile sur toile © Deskgram

C’est tout à fait comme ça : les œuvres de notre artiste, commençaient à être toujours plus impressionnistes, dont une nuance particulière qui venait de l’âme de Berthe. Une âme solitaire, indépendante, qui voyait dans l’art la possibilité de dire, dans un monde où c’était impossible de vivre. Et pendant la découverte de soi-même, quelqu’un d’autre apparut sur la scène de l’art et de son cœur… Il s’agissait de Eduard Manet, rencontré par les sœurs Morisot, lors de leurs études au Louvre.

Berthe et l’amour sans espoir pour Manet

berthe morisot_derosa_omagazine_5
B.Morisot - Le berceau (1872) huile sur toile © Panorama de l'art

Manet fut tout de suite tellement fasciné par Berthe qu’elle deviendra sa modèle. Ça commence un amour jamais révélé à cause des conventions sociales et une estime réciproque entre ces deux artistes. De plus, Berthe Morisot avait trouvé sa place dans le monde, auprès d’amis comme Pierre-Auguste Renoir et les autres impressionnistes. En revanche, le succès sentimental de sa sœur Edma, épouse et mère, sera un motif de réflexion. Elle était désormais seule, entre l’amour impossible pour Manet et la réalisation personnelle comme peintre femme. Convaincue par le même Eduard, Berthe se mariera avec son frère, Eugène Manet, en disant de lui dans une lettre à sa sœur : « Enfin, j’ai trouvé un homme bien, honnête, qui m’aime par de vrai. Moi, que j’avais toujours couru après des chimères…».

Berthe Morisot dans une nouvelle exposition au Musée d’Orsay

berthe morisot_derosa_omagazine_6
B. Morisot - Lucie Léon au piano (1892) huile sur toile © Enciclopedia delle donne

Le Musée d’Orsay, perle du circuit muséal de la Ville Lumière, ouvre ses portes à une autre exposition : 60 tableaux de la peintre Berthe Morisot sont exposés, en suivant le parcours de cette femme, symbole de l’art d’avant-garde, qui a laissé une empreinte dans le monde. Une femme dont le courage de s’imposer dans une réalité masculine, a fait l’histoire des peintres femmes impressionnistes.

Profitez bien de cette exposition jusqu’au 22 septembre 2019 : une occasion pour découvrir une artiste complexe dans sa sensibilité et sa classe. Un voyage intime dans l’âme d’une femme rebelle qui a crié son indépendance dans un monde d’hommes. Parce que comme il chantait James Brown :

♪♫ This is a man’s world, this is a man’s world

But it would be nothing, nothing without

A woman or a girl ♪♫

INFOS PRATIQUES :

Dates : du 18 juin 2019 au 22 septembre 2019

Lieu : Musée d’Orsay – 62, rue de Lille 75007 Paris

Site officiel et réservation : www.musee-orsay.fr

Sarah Jay De Rosa

Italienne née en 1987. J'ai une licence universitaire en Lettres Modernes et je travaille comme rédactrice depuis 2012. J'adore l'art, la culture, la musique et surtout l'écriture. J'ai étudié la langue française et le web-marketing à Paris où je travaille comme rédactrice/traductrice bilingue française.