fbpx

Evolution et curiosités du français : de l’Antarctique au Canada entre influences et nouvelles générations

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Evolution et curiosités du français, de l’Antarctique au Canada entre influences et nouvelles générations

Les langues sont en constante évolution, entre les traditions locales, internet et les réseaux sociaux, de nouveaux mélanges et des expressions très spécifiques sont créés. C’est pour cette raison que Babbel, la première plateforme au monde d’apprentissage des langues, a créé l’infographie « De l’Antarctique aux caribous du Québec, comment les différentes cultures ont permis à la langue française de s’enrichir ? », pour présenter comment le français évolue en fonction de la zone géographique et des cultures avec lesquelles il est imbriqué, et comment il est influencé par les autres langues.

Aujourd’hui, le français est la cinquième langue la plus parlée au monde et est utilisé quotidiennement au Congo, au Canada ou encore au Maroc, ainsi que dans des endroits inattendus comme l’Antarctique, où un jargon d’abréviations et d’acronymes s’est développé (par exemple, Alfred est utilisé pour désigner le manchot royal, tandis que Berg signifie Iceberg).

Il existe beaucoup d’expressions qui n’existent que dans certaines versions spécifiques du français. Par exemple, si vous entendez quelqu’un dire « Camembérer » au Sénégal, il fait probablement référence à une odeur désagréable liée aux pieds (et non au célèbre fromage), tandis que dans la partie occidentale de l’Afrique, l’expression « un bâton » signifie une cigarette.

C’est précisément avec l’Afrique que le français a un lien très fort : certaines expressions des pays africains sont parvenues jusqu’en en France, comme « Wesh », « Je Wanda » et « Kiffer ».

Mais le français évolue aussi grâce aux jeunes qui créent des mélanges et des néologismes inspirés d’autres langues, de l’univers du web et des réseaux sociaux : des expressions comme « La hess » (être en difficulté – du mot « dessd ») et « Avoir le seum » (être triste – du mot « sémm ») viennent de l’arabe, tandis que l’anglais est à la base de termes comme « Friendzoner » (rester amis) et « Avoir la hype » (attendre quelque chose avec impatience).

Laisser un commentaire