fbpx

Étudiante ou dominatrice ? Quitter l’ordinaire pour le sexe

Etudiante ou dominatrice - L'ombre d'une fille sexy

Voici deux femmes qui ont quitté la vie ordinaire pour l’univers du sexe. Le choix entre étudiante ou dominatrice devient donc réalité. Plusieurs femmes, d’ailleurs, ont décidé de gagner de l’argent en travaillant dans ce domaine… Et il y en a d’autres qui ont conduit une double vie : celle de la fille obéissante le jour, et celle de la patronne la nuit. Il y a un proverbe qui dit : «Les good girls vont loin, les bad girls vont partout». Découvrons ensemble deux témoignages de femmes qui ont choisi cette vie hors-normes, à tous points de vue…

Étudiante ou dominatrice : une nouvelle tendance parmi les femmes ?

Difficile à croire, mais c’est comme ça. Dans une société comme là nôtre, dédiée à l’image , une nouvelle tendance s’insinue parmi les jeunes femmes : choisir le sexe au lieu du bureau. Vous avez bien compris : le choix entre étudiante ou dominatrice est de plus en plus réel. En effet, plusieurs jeunes femmes qui vont à l’université ou qui ont déjà un travail « ordinaire », décident de mettre un pied dans l’univers du plaisir. Cependant, on ne parle pas forcement de pornographie. Il s’agit plutôt de trouver une nouvelle dimension de soi-même pour se voir différemment.

Etudiante ou dominatrice - Une fille à l'ordinateur

La femme d’aujourd’hui est indépendante, intrépide et veut oser. De plus, avec les nouveaux moyens de communication, les jeux sont faits. Il est suffisant allumer une webcam et de lier son propre site internet : voilà, une vitrine où l’image sensuelle d’une jeune femme peut joindre les hommes au-delà de l’écran. « Très dangereux ! » pourrait-on dire et pourtant les nouvelles générations sont séduites par ce nouveau genre de travail. Nous allons voir l’expérience de deux femmes qui ont quitté les études ou un boulot ennuyeux pour le monde du sexe.

Zoe Noir : du travail en agence immobilière au royaume du latex

Nous sommes à Londres et une jeune femme de 28 ans travaille en tant que agente immobilière. Jusque là, rien de bizarre, n’est-ce pas ? Pourtant dans la vie de Zoe, le changement commence à pointer le bout de son nez. C’est vrai que son travail lui garantissait les moyens suffisants pour vivre une existence normale. Pourtant, c’est ça qu’elle veut éviter. À l’écoute de nouvelles offres d’emploi, Zoe tombe sur un article : c’était l’histoire d’une américaine qui gagnait sa vie très confortablement en dominant les hommes… depuis son ordinateur !

Etudiante ou dominatrice - Zoe Noir qui domine un homme
Zoe Noir qui domine un homme © Zoe Noir Twitter

Depuis ce moment-là, Zoe comprend que le choix entre étudiante ou dominatrice est sur son propre chemin. En effet, elle quitte son boulot à l’agence immobilière et commence à gagner 500 livres sterling par heure : elle est la reine en latex noir qui domine les hommes sur internet. Sa clientèle ? Des hommes importants : pour la plupart, il s’agit de cadres d’entreprise entre 30 et 40 ans.

« Je ne me déshabille jamais pour mes clients, ni ne leur fournis une prestation sexuelle. Je suis couverte de la tête aux pieds en latex ou en cuir et le pouvoir est à moi ».

Zoe Noir pour LADbible

Et l’amour ? Zoe Noir a déclaré dans une interview que trouver l’amour est difficile à cause de son travail, mais qu’elle découvre chaque jour quelque nouveauté sur sa sexualité. De plus, sa nouvelle occupation lui permet de voyager souvent et de ne plus travailler pour 45 heures par semaine dans un bureau ennuyeux.

Histoire d’une italienne : être étudiante ou dominatrice à Berlin

En 2008, un livre scandaleux apparaît en librairie : c’est Fucking Berlin, écrit par l’italienne Sonia Rossi. Le titre de l’ouvrage est révélateur : on y lit de l’histoire de Sonia qui est à Berlin pour ses études. En effet, elle étudie à l’Université Von-Hamboldt et avec son diplôme en Mathématiques, son avenir semble prometteur. Cependant, le besoin d’argent dans le Berlin cher de l’époque, pousse la jeune femme à conduire une vie telle que celle-ci. Le jour elle se rend comme d’habitude à l’université, mais la nuit elle devient « Nancy », une autre déesse d’internet qui fait rêver les hommes à travers une webcam.

Enseigne lumineuse girls

Pas après pas, Sonia connaît les quartier berlinois riches et commence à travailler comme masseuse/prostituée à Charlottenburg et à Wedding. De toute façon, la vie intense de cette jeune femme n’est pas facile : concilier les études avec son nouveau travail et avoir en même temps, une vie amoureuse normale, n’est plus possible. Elle a déclaré que conduire une vie comme ça, lui a fait gagner en estime de soi :

« Quand t’as des rapport sexuels tous les jours, toute la journée, tu ne te demande plus si t’es charmante ou pas. Ça n’a plus d’importance ».

Sonia Rossi dans une ancienne interview pour la presse allemande

Voici l’expérience d’une femme qui a abandonné les conventions sociales et sa vie ordinaire. Son choix entre étudiante ou dominatrice a été définitif et aujourd’hui, Sonia est une écrivaine. Vous pouvez trouver cette histoire incroyable dans le livre Fucking Berlin , ici en version espagnole, et encore en Italien.

Et vous ? Qu’en pensez vous ? Est-il possible avoir une double vie comme étudiante ou dominatrice et être heureuse ? Est-ce que c’est ça la parité entre homme et femme ou il s’agit tout simplement d’insatiabilité sexuelle ? Hâte de lire vos avis dans les commentaires !

Sarah Jay De Rosa

Italienne née en 1987. J'ai une licence universitaire en Lettres Modernes et je travaille comme rédactrice depuis 2012. J'adore l'art, la culture, la musique et surtout l'écriture. J'ai étudié la langue française et le web-marketing à Paris où je travaille comme rédactrice/traductrice bilingue française.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.