fbpx

Comment j’ai réussi à énerver des centaines d’Incels sur Internet ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Comment j'ai réussi à énerver des centaines d'Incels sur Internet ?

Incels ou l’abréviation « involontary celibate » (célibataires involontaires en français) est un terme né dans les années 2000 sur les forums. Cela catégorise les gens (majoritairement des hommes) profondément misogynes, détestant toutes les personnes sexuellement épanouies. J’ai eu la chance d’en côtoyer de près sans le vouloir.

Ce profil Tinder qui dérange

Il y a quelques mois, je deviens célibataire et, ma première idée : faire un profil Tinder. Drôle, jeune, un peu provocateur : mon profil me correspond parfaitement.

Je fais des références littéraires, parle de mes goûts musicaux, et même de mon chien.

Je parle de La salope éthique, livre parlant de sexualité assez ouvertement et de relations amoureuses sereines. J’explique également, avec beaucoup d’autodérision, que j’aime la musique électronique.

Aussi, ma « chanson du moment » est la musique Short Dick Man de 20 Fingers. Qu’on pourrait traduire par « Homme avec un petit sexe ». Chanson résumant parfaitement à mes yeux mon féminisme latent.

Profil Tinder.
Mon profil Tinder qui a tant fait débat.

En plus de six mois, aucune remarque n’a été à signaler. Je vivais, pour tout vous dire, ma meilleure vie de célibataire sans jamais penser que quelqu’un viendrait s’en prendre gratuitement à moi.

Ma vie exposée à tous

J’ai très bien compris que mettre ma photo sur Internet n’était pas la chose la plus sécurisante que j’ai faite. Mon image devient publique et je ne peux donc pas empêcher la capture d’écran, les critiques, les partages…

Néanmoins, quelle ne fut pas ma surprise de voir, dans un groupe Facebook, mon profil Tinder être relayé, avec des centaines de mentions j’aime, des centaines de commentaires.

De ma main tremblante, j’ouvre l’espace commentaire, et vois des dizaines de critiques, d’insultes, elles-mêmes likées plusieurs fois. Avec un bon nombre d’Incels bien évidemment.

Je sais que mon profil est provocateur, mais que me vaut tout ce cyber-harcèlement et cette haine ?

Que me veulent les Incels ?

J’ai pu lire de simples « salope » mais aussi de vraies insultes plus poussées sur ma personne, sur qui je suis et même sur mon féminisme.

Mon profil a été partagé par ces Incels car il est drôle et un peu irrévérencieux, mais surtout parce qu’une femme qui s’assume : que ce soit par sa sexualité ou son mode de vie, en général, ça dérange, ça fait rire.

Ci-dessous, quelques exemples de remarques que j’ai pu référencer :

– « Elle est activiste ? Je vois pas bien d’où ».

– « Oula, je la touche même pas, elle doit être remplie de MST ».

– « Salope, tu aurais pas sa photo, elle doit être dégueulasse ».

– « J’ai envie de lui casser la gueule, elle mérite une baffe».

À voir aussi : Le mansplaining, ou comment les hommes prétendent tout savoir.

Qui sont les Incels?

Les Incels, ou célibataires involontaires, sont des hommes et des femmes détestant les gens sexuellement épanouis ou épanouis dans la sphère amoureuse.

Ils se regroupent majoritairement sur des forums sur Internet. Le terme à été crée dans les années 2000 et il représente les extrémistes qui insultent, détestent et dénigrent les femmes. Ce sont des masculinistes extrémistes. Cela peut même aller jusqu’aux tueries de masse.

Dénigrer ceux à qui on voudrait ressembler : c’est le principe même du « combat » des Incels et ce que j’ai pu voir.

Oui, définitivement, j’ai eu affaire a des hommes, misogynes et frustrés : des Incels.

Juste parce que je suis une femme : les hommes pensent que mon corps et mon mode de vie leur appartiennent. Avec un soupçon de slut-shaming, ils n’hésitent pas à critiquer sous l’anonymat d’Internet. Sous prétexte du second degré, tout est facile à dire.

Heureusement, ces insultes ne me touchent pas mais ne me donnent qu’une envie : être encore plus une «salope ».

Laisser un commentaire