fbpx

Comment éviter le syndrome de la cabane durant le déconfinement ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Comment éviter le syndrome de la cabane à l'approche du déconfinement ?

Après trois confinements, certaines personnes ont développé un sentiment d’angoisse à l’idée de quitter leur domicile par peur du monde extérieur. Cette inquiétude porte un nom : le syndrome de la cabane. En cette période de déconfinement, ce sentiment est d’autant plus amplifié qu’il s’ajoute aux nombreuses incertitudes sur l’avenir.

Le syndrome de la cabane ou la peur d’affronter le monde extérieur

Cette expression a fait son apparition pour la première fois dans un article du quotidien espagnol El País en mai 2020. Depuis cette date, les médias ont souvent repris ce terme à la suite des nombreux déconfinements dans le monde. Mais quelle est sa signification ?

Le syndrome de la cabane désigne la peur des personnes de sortir de chez elles à cause de la pandémie. En ce sens, la crise sanitaire a profondément bouleversé notre existence sur tous les plans. Télétravail, couvre-feux et restrictions : ces mesures ont contraint la population à rester chez elles. Calvaire pour les uns, ce confinement fut bénéfique pour d’autres. Un confort tel qu’il incite les individus à ne plus quitter leur domicile pour se préserver du monde extérieur. Pourtant, il va bien falloir retrouver une vie normale et renouer des liens avec autrui. Surtout en ce moment, avec le déconfinement et la levée progressive des restrictions sanitaires.

« Syndrome de l’escargot » ou « syndrome du prisonnier ». Autant d’expressions pour décrire ce phénomène qui peut toucher tout le monde : les jeunes, les actifs mais aussi les personnes âgées. En résumé, personne ne semble à l’abri de ce syndrome et de ses manifestations.  

Les manifestations du syndrome de la cabane

Le syndrome de la cabane se manifeste de manière différente selon les individus. Stress dans les transports en commun, peur de tomber malade, crainte d’aller faire les courses… Les exemples sont multiples et variés pour décrire les symptômes liés à ce syndrome.

Parmi ses principales manifestations, nous retrouvons les caractéristiques suivantes :

  • Peur de se retrouver dans un espace clos (commerces, lieu de travail, transports en commun, etc.).
  • Crainte de quitter son domicile.
  • Baisse de motivation avec une tendance à procrastiner.
  • Fatigue constante.
  • Peur de rencontrer du monde.
  • Se sentir uniquement en sécurité chez soi.

Vous l’aurez compris, les effets du syndrome de la cabane sont réels et palpables chez les individus. Pour ne pas céder à la morosité, nous vous proposons nos cinq astuces afin de contrer ces symptômes et de vous préparer progressivement à un retour à la normale.

Cinq conseils pour se prémunir des effets du syndrome de la cabane

1 – Fixez-vous un planning

En restant chez soi, vous avez sûrement développé des habitudes qui vous ont fait oublier la notion de temps. Si tel est le cas, reprenez progressivement un rythme régulier. Par exemple, levez-vous à des horaires fixes ou définissez un jour précis dans la semaine pour vous promener.

2 – Communiquez autour de vous

Si vous êtes atteint du syndrome de la cabane, n’hésitez pas à en parler autour de vous. Aussi bien à vos proches mais aussi à un spécialiste si vos symptômes persistent. Que ce soit par téléphone ou en rencontrant directement les personnes, le plus important, c’est d’échanger.   

3 – Faites preuve de patience

Par patience, gardez en tête que cette période n’est que transitoire. En effet, ce n’est que progressivement que la vie va reprendre son cours. Malgré le contexte actuel, sachez que l’être humain est fait pour s’adapter à tout parce qu’au final, il en ressort toujours vainqueur.

4 – Écoutez vos émotions

Ne niez pas votre état émotionnel : soyez sincère avec vous-même. De ce fait, plus vous écouterez vos émotions, mieux vous appréhenderez votre anxiété par rapport au monde extérieur. Ainsi, vos peurs éventuelles diminueront petit à petit avant de totalement disparaître.

5 – Soyez en mouvement

Ne restez pas dans l’oisiveté : pratiquez une activité sportive à l’extérieur pour décompresser. En effet, l’enfermement a grandement accru notre sédentarité et les mauvaises habitudes qui vont avec. Marche à pied ou running, dépensez-vous physiquement tout en aérant votre esprit !  

 « La patience rend tolérable ce qu’on ne peut empêcher. »

Horace.

Juste et empreinte de résilience, cette citation prend tout son sens en ces temps de pandémie. En somme, appropriez-vous cette phrase tel un mantra à l’approche du déconfinement. Que vous soyez atteint ou non du syndrome de la cabane, retenez la chose suivante : vous n’êtes pas seul(e).

Laisser un commentaire