fbpx

Ce qu’il faut retenir du défilé Chanel couture automne/hiver

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Ce qu’il faut retenir du défilé Chanel couture automne/hiver

Ce mardi 6 juillet, Chanel a présenté sa collection haute couture automne/hiver 2021-2022. La maison de luxe a investi pour l’occasion le Palais Galliera. Décryptage du style de ce défilé, qui évoque celui d’une princesses romantique avec un accent rock.

Cap sur le Palais Galliera. C’est là que Chanel a choisi de poser ses luxueux bagages pour dévoiler sa collection haute couture automne/hiver 2021-2022. Une nouveauté puisque c’est habituellement le Grand Palais qui est le théâtre de ses défilés. Mais choisir le Palais Galliera est tout un symbole pour la marque. Elle a en effet financé exclusivement la rénovation du lieu. Et ce fameux Musée de la Mode accueille en son sein depuis le 1er octobre 2020 l’exposition « Gabrielle Chanel-Manifeste de Mode ». C’est donc dans une cour intérieur du palais que les mannequins ont défilé pour présenter les 37 créations imaginées par la directrice artistique Virginie Viard. Alors, quels sont les éléments de la collection qui ont attiré l’attention ?

Lier le passé et le présent

Les fleurs imposantes de ce manteau chanel couture automne/hiver rappellent les tableaux impressionnistes de Marie Laurencin
©Chanel

Ce mythique Palais Galliera chargé d’histoire, surtout celle de Chanel, a fortement inspiré Virginie Viard. Pour cette collection, elle a ainsi réinterprété, comme elle sait si bien le faire, les codes de Chanel. Une marinière signée Gabrielle elle-même et faisant partie de la rétrospective « Manifeste de Mode » est ainsi devenue, version 2021, une caraco noir sexy. Le fil rouge de cette collection, les tableaux de célèbres impressionnistes comme Edouard Manet et Berthe Morisot est directement inspiré de Coco. Ce sont en effet les portraits de Mademoiselle, en robe blanche et noire 1880, qui lui ont fait penser à ces peintures. Le tweed, très présent comme à chaque collection Chanel, se mue ainsi en petites touches de peinture façon impressionnisme. Autre élément prépondérant dans les pièces, les fleurs imposantes. Brodées, directement intégrées au tissu ou en 3D, elles prennent place sur n’importe quel vêtement et accessoire. Les fleurs en relief notamment sont directement inspirées des œuvres de Marie Laurencin. Un défilé placé donc sous le signe de l’art.

Le tweed rappelle les points de peinture du mouvement impressionniste
©Chanel

La folie des nœuds de ce défilé Chanel

Le noeud noir ajoute une note à la fois romantique et rock
©Chanel

L’accessoire phare de la collection est clairement le nœud. Il est présent absolument partout. 29 des 37 silhouettes en possèdent au moins un (oui oui j’ai bien compté). On le retrouve le plus souvent dans les cheveux, coiffés en tresses pour l’occasion. Il se veut imposant avec deux longs rubans qui flottent dans les airs au rythme du pas virevoltant des mannequins. Twisté en noir sur presque toute la collection, il symbolise parfaitement ce style de princesse romantique avec une touche indéniablement rock. Mais ce noeud apparaît également directement sur les vêtements. Il vient délicatement agrémenter un décolleté ou permet de marquer la taille en version ceinture. Et comment ne pas évoquer ses deux nœuds noirs enrubannés au niveau des hanches sur cette robe blanche inspirée d’un tableau de Berthe Morisot. Vous l’aurez compris, le nœud est partout dans cette collection.

Des pièces aériennes et rock

Les plumes apportent une nouvelle dimension onirique aux tenues
©Chanel

Toujours dans cette veine romantique, les silhouettes se veulent fluides et légères telle une princesse de conte insouciante. Les jupes dont le tissu tombe jusqu’au pied des mannequins paraissent être agrémentées de jupons d’époques tant le volume impressionne. Un effet permis par l’importante quantité de tissu et les volants en pagaille, témoins du savoir-faire exceptionnel des petites mains de la maison. Les plumes, qui rappellent le ramage des autruches, parent elles aussi de longues jupes dans des teintes joyeuses et douces telles que le bleu clair et le rose. Elles donnent littéralement l’impression que les modèles volent à quelques ce centimètres du sol du palais. Il en est de même pour les bustiers qui habillent le haut du corps. La mousseline et la dentelle fluide jouent avec la transparence pour créer des silhouettes toujours plus onirique.

Les sequins apportent cette touche rock aux looks du défilé
©Chanel

Mais n’oublions pas la touche rock de la princesse forte des temps modernes. Cette nouvelle collection couture automne/hiver de Chanel brille de mille feux. Vestes de tailleur et autres pièces prennent une exquise allure glitter. Ce sont les centaines de sequins cousus sur les tissus ou formant l’accessoire lui-même qui apportent ce côté brillant. Brillant et très rock qu’on se le dise. Les écharpes tout en sequins argentés ne peuvent que rappeler le métallisé des tenues de chanteurs et groupes de rock des sixties et seventies. Une esthétique propre à Virginie Viard qui aime apporter une touche décalée à des looks intemporels et classiques.

A lire également: Que faut-il retenir du défilé automne/hiver Dior ?

La radieuse mariée classique et tendance pour clôturer le défilé Chanel couture automne/hiver

Une robe de mariée classqiue twistée d'un voile aux sequins tendances clôture le défilé chanel couture automne/hiver
©Chanel

« Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». C’est un classique des vieux contes de fée, l’histoire se termine avec la princesse qui retrouve sa moitié, a des enfants et bien évidemment… se marie avec son prince. La mariée, sous les traits de la muse de Chanel Margaret Quallery, a donc clôturé ce défilé haute couture automne/hiver 2021-2022. C’est l’actrice qui apparaissait déjà dans le teaser de Chanel de l’événement. Dans ce petit film de Sofia Coppola, elle virevolte dans la cour du palais avec différentes tenues de la collection.

Souriante, événement rare chez les mannequins qui sont plutôt contraintes de prendre un air grave, elle évolue donc au milieu des invités portant la pièce phare de la collection, la robe de mariée. Une pièce de princesse tout en élégance simple, sans fioriture, avec un col bateau et des manches longues bouffantes. Une robe qui n’est pas sans rappeler celle portée par Meghan Markle lors de son propre mariage et signée Givenchy. Un minimalisme tout en finesse donc. Mais c’est bien mal connaître Virginie Viard de penser qu’elle va se contenter de cette fin de conte classique et romantique.

La femme d’aujourd’hui s‘impose et impose son style. Alors, comment apporter ce côté décalé ? Avec le voile bien sûr. Des dizaines de gros sequins de toutes les couleurs sont cousus dessus ajoutant une touche tendance à l’ensemble. Côté coiffure, un imposant nœud rose orne sa tête et apporte de l’originalité à un sage chignon. Une pièce maîtresse à l’image du défilé, un conte de fée où la princesse n’attend pas son prince charmant mais prend plus que jamais son indépendance. Une indépendance tout en sequins et paillettes.

Pour retrouver tous les looks de la collection, c’est juste ici

La femme française en quatre clichés
Actu société

La femme française en quatre clichés

Toujours élégante et stylée, libérée sexuellement, mince en mangeant tout ce qu’elle veut… les stéréotypes sur la femme française sont nombreux. A l’international, ce mythe fait vendre des centaines de milliers d’ouvrages et de magazines. Décryptage de ces clichés étrangers sur la femme française.

Lire la suite »

Laisser un commentaire