fbpx

Cassandra Due, portrait d’une actrice vivant son rêve américain

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Cassandra Due : une actrice vivant son rêve américain

À l’occasion de la première YouTube de son court-métrage À 17 ans (At 17) le 1er avril 2021, Cassandra Due s’est confiée sur l’univers du cinéma qui la suit depuis sa plus tendre enfance. Même si tout n’est pas rose, il faut s’accrocher à son rêve pour le vivre pleinement !

Cassandra Due est une jeune femme comme les autres… ou presque. Née d’un père danois et d’une mère espagnole, elle a grandi à Paris puis à Londres avant de s’expatrier à New York où elle a suivi des études de cinéma. À l’occasion de la première de son court-métrage À 17 ans (At 17), elle est revenue sur son enfance placée sous le signe de Charlie Chaplin.

Cassandra a très tôt développé une obsession pour Charlie Chaplin, sous l’influence de sa grand-mère qui lui faisait regarder tous ses films. Délaissant les dessins animés, la petite Cassandra est plutôt attirée par les films « de grandes personnes ». « Cela me faisait ressentir des émotions que je ne connaissais pas, à six ans seulement », se souvient-elle. Elle poursuit : « Cela me permettait de me relier à des personnages adultes. Charlie Chaplin est ainsi devenu mon modèle. Pas seulement le personnage qu’il incarnait, mais aussi l’acteur et le réalisateur.  Je voulais moi aussi jouer, réaliser, écrire, tout comme lui ! » Son amour du cinéma a pris une autre dimension lors du divorce de ses parents. « Les films sont alors devenus le moyen de nous évader pendant cette période difficile pour mon frère et moi », se confie-t-elle.

L’enfance internationale de Cassandra Due

Entre-temps, la famille a déménagé à Londres, où l’actrice a fréquenté le lycée français Charles-de-Gaulle. Son père, qui les gardait le week-end, avait pris l’habitude de les emmener régulièrement au cinéma. « J’ai vraiment grandi avec les films », se souvient-elle. « Lorsque j’étais à Londres, je fréquentais des écoles d’art dramatique, dont la Identity School of Acting, où je suivais des cours supplémentaires pendant 10 heures par semaine. Je me souviens que je courais après avoir quitté le lycée pour rejoindre mon acting school, tout en enfilant mon uniforme chemin faisant ».

Cassandra Due : une actrice vivant son rêve américain
(c) Cassandra Due

Par la suite, même si elle n’envisageait pas d’aller à l’université, elle s’est tout de même inscrite à la New York University pour concrétiser son rêve américain. Elle a ainsi fréquenté le Film and TV Department de Tisch, l’école d’art au sein de la NYU. Et a vécu cette expérience comme une révélation. « Là, j’ai rencontré des gens incroyables dans une ambiance de melting pot international », nous dit-elle. « J’y ai vraiment trouvé ma tribu : tous d’origines diverses, nous avions les mêmes idées et travaillions ensemble d’arrache-pied sur nos projets de scripts ».

Cassandra Due a par la suite décidé de prolonger son rêve américain en déménageant à Los Angeles pour y continuer son parcours d’actrice et de réalisatrice.

Ses premiers pas en tant qu’actrice

Pour Hold your Breath, court-métrage sorti en 2018 pour lequel elle a obtenu un second rôle, Theo Le Sourd a axé son travail de direction d’acteurs sur la répétition et l’improvisation. Le réalisateur voulait créer une ambiance de travail conviviale entre lui et les acteurs, et aussi entre les acteurs eux-mêmes. En effet, compte tenu de la gravité du sujet, il tenait à contrebalancer la difficulté de certaines scènes en incitant ses acteurs à nouer de profonds liens d’amitié.

« Le court-métrage est ainsi devenu une collaboration entre les acteurs d’une part, et entre les acteurs et le réalisateur, d’autre part », se souvient Cassandra Due. « Theo parlait beaucoup avec nous, il nous laissait expérimenter et se montrait très ouvert à nos suggestions. Si jamais un élément du script nous mettait mal à l’aise, il le modifiait. Le plateau de tournage est ainsi devenu un endroit où l’on se sentait en sécurité ». Paradoxalement, cette ambiance sereine a permis de construire la tension que l’on sent à l’image.

À 17 ans (At 17), un deuxième court-métrage en tant que réalisatrice

Dans son court À 17 ans (At 17) sorti sur YouTube ce jeudi, Cassandra Due fait référence au célèbre poème de Rimbaud, qu’elle a utilisé comme toile de fond pour sa propre histoire. Son personnage a rencontré un homme sous les tilleuls. « C’était l’été, ils ont bu, ils ont rigolé, ils ont fait l’amour aussi. Ils ont vécu leur premier amour, pensant dans leur naïveté que tout était beau, sans penser au lendemain ». Jusqu’à ce que l’adolescente se retrouve enceinte. Cassandra a ainsi voulu souligner le contraste entre légèreté et bonheur, d’une part, et le fait d’assumer les conséquences de ses actes, d’autre part. « C’était un bel amour fugace, qui a fait place à la dure réalité. Vient le moment où l’on est obligé de redevenir sérieux, faute d’avoir suffisamment réfléchi à ce qu’on faisait », résume-t-elle.

Cassandra Due nous invite à la première de son court-métrage À 17 ans (At 17)

Là encore, Cassandra a axé son travail de préparation sur les répétitions et l’improvisation avec Karl, qui est aussi son frère dans la vie. Elle a souhaité faire en sorte que les mots viennent facilement à ses personnages. Lors du tournage à proprement parler, elle a privilégié la technique de la prise unique pour conserver toute la tension de la scène. Les personnages ont eu recours tour à tour à l’anglais et au français en fonction de leur état émotionnel. Le français « sortait » quand ils étaient énervés, « un peu comme je le fais dans la vraie vie ». Ce n’était pas la première fois que Cassandra jouait ainsi la carte de l’interculturalité.

Registre interculturel

Le réalisateur Simeon Hu avait déjà utilisé un procédé similaire dans un moyen-métrage dans lequel Cassandra tenait le rôle principal : The Untitled Portrait of Red (2019). Le film explorait notamment le lien entre langue et émotions. Ainsi, quand on voyageait dans la tête des personnages et qu’on accédait à leur intimité d’individu, ils s’exprimaient dans leur langue maternelle. Chinois pour l’un, français pour l’autre. Quand ils communiquaient l’un avec l’autre, ils en passaient par l’anglais, langue qui leur était commune. « J’ai trouvé cela beau. Je me suis inspirée de ce procédé pour À 17 ans », nous avoue-t-elle.

À lire également : Rencontre avec Vanessa Guide, actrice populaire entre divertissement et profondeur

Surmonter les déconvenues pour vivre son rêve

Concernant l’avenir, Cassandra Due travaille actuellement sur le développement d’une web série en huit épisodes, Soho Sadie. Elle relatera l’histoire d’une jeune femme fuyant New York pour Los Angeles afin d’échapper à son  petit ami dealer. À ce propos, Cassandra nous promet de nombreuses scènes comiques qui trancheront avec le registre de la tension dramatique qu’elle a déjà exploré.

Lorsqu’elle se retourne sur le chemin déjà parcouru, Cassandra est fière de ce qu’elle a accompli. « Tant de gens sont frustrés par les conditions actuelles liées à la pandémie. Pourtant, il est important de continuer à travailler pour donner vie à ses projets et en tirer de la fierté. Même si le résultat ne correspond pas exactement à ce qu’on escomptait. »

Cassandra Due : une actrice vivant son rêve américain
(c) Cassandra Due

Ups and downs à LA

À ceux qui veulent vivre leur rêve américain, Cassandra Due confirme que Los Angeles est une ville extraordinaire, offrant la possibilité d’aller à la plage ou alors d’escalader des montagnes. Toute en contrastes. « Un jour, je vais me retrouver sur un plateau et faire des rencontres extraordinaires. Tout de suite après, je vais me faire agresser dans la rue. En un instant, tout peut basculer. Si l’on a envie de vivre à Los Angeles, il faut donc être prêt à passer par des ups and downs ».

Souhaitons à la jeune actrice une bonne continuation : nous ne doutons pas que son rêve américain débouchera sur la réalisation de ses espoirs dans le domaine du cinéma ! Et vous, avez-vous jamais rêvé de déménager à Los Angeles pour travailler à Hollywood ? L’expérience de Cassandra vous a-t-elle inspiré(e) ?

La femme française en quatre clichés
Actu société

La femme française en quatre clichés

Toujours élégante et stylée, libérée sexuellement, mince en mangeant tout ce qu’elle veut… les stéréotypes sur la femme française sont nombreux. A l’international, ce mythe fait vendre des centaines de milliers d’ouvrages et de magazines. Décryptage de ces clichés étrangers sur la femme française.

Lire la suite »

Laisser un commentaire