fbpx

« Bien dans ma tête, bien dans ma culotte » : une réponse à toutes ces questions que vous n’avez jamais osé poser

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr

Bien dans ma tête, bien dans ma culotte est le tout premier livre d’Amal Tahir. Véritable guide de vie féministe, il s’adresse à toutes les femmes, indépendamment de leur âge ou de leur orientation sexuelle. Entre conseils, recettes et tips, préparez-vous à vivre une révélation ! L’auteure a recours à ses connaissances de sage-femme et à ses expériences personnelles de jeune femme active. Ainsi, Amal Tahir invite ses lectrices à une redécouverte active d’elles-mêmes, dans la bienveillance.

Ce guide féministe, sorti en juillet 2020 aux éditions Kiwi, est le fruit de la collaboration de trois instagrammeuses. Charlotte Thomas (@chathoma) et Marina Brunel (@alonydigital) en ont réalisé la couverture, tandis que June Pla (@jouissance.club) en a rédigé la préface. Dès la couverture, l’auteure dévoile les thèmes qui seront abordés grâce à des illustrations alliant finesse et originalité. On peut y voir des vulves, des seins, des méthodes de contraception, des protections hygiéniques et des accessoires sexuels.

Bien dans ma tête, bien dans ma culotte se présente donc comme un guide féministe complet et illustré sur des problématiques féminines.

Amal Tahir (@inside.women) : instagrammeuse et auteure engagée

Amal Tahir est une étudiante sage-femme, sexologue et entrepreneuse qui a connu le succès sur Instagram (@inside.women). Elle a ensuite développé son réseau en créant une plateforme de coaching (@insideyou.be). Cette popularité lui a permis de réaliser son rêve : publier son premier livre. L’engouement a été tel qu’elle a pu ensuite sortir un e-book sur la symptothermie, méthode naturelle pour gérer la fertilité des femmes.

Féministe engagée, son compte Instagram est le fidèle reflet de son livre : une alliance entre connaissance et bienveillance. L’auteure prodigue ses conseils à la façon d’une grande sœur. Dès les premières pages du livre, Amal nous plonge dans une atmosphère de sororité.

Un guide en forme de réponses à toutes les questions que les femmes n’ont jamais osé posé

Le livre correspond à l’adage selon lequel « le savoir, c’est le pouvoir ». L’auteure nous invite à mieux connaître notre corps pour prendre le pouvoir sur nos complexes et sortir de notre zone de confort. Les mots d’ordre sont ici l’empowerment féminin et le développement personnel.

Il y a deux parties dans le livre : la première porte sur l’aspect psychologique et la deuxième, sur l’aspect anatomique. L’auteure insiste sur l’importance du féminisme. Elle engage sa lectrice à trouver un équilibre entre cycle menstruel, contraception et sexualité.

En plus d’être complet et facile à lire, ce livre est aussi très moderne. Les sujets abordés sont actuels : il en va ainsi de l’impact de la télé-réalité sur la vision de notre corps, la chirurgie esthétique et les réseaux sociaux. Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ou l’endométriose sont également passés en revue.

L’auteure déconstruit la science pour la rendre plus accessible à ses lectrices et pouvoir ainsi les conseiller.

Bien dans ma tête, bien dans ma culotte
Crédit photo : Les Éditions Kiwi

Une invitation au self love, au body positivisme et à la redécouverte de soi

« Welcome to our self love club » peut-on lire dans ce guide féministe. Il s’agit d’un véritable hymne à l’amour de soi. De la première de couverture à la toute dernière page du livre, l’auteure prône le body positivisme et le self love. Elle encourage ses lectrices à faire la paix avec leur apparence physique et à remercier leur corps de les porter au quotidien, de leur permettre de marcher, de vivre et de faire tellement d’autres choses encore.

Les tips d’Amal et les exercices invitent les lectrices au self love. L’objectif est d’amorcer une redécouverte de soi qui serait portée uniquement par un désir d’acceptation.

Alors, êtes-vous prête à vous lancer dans cette nouvelle conquête de vous-même ?

Laisser un commentaire