fbpx

Arnaud Montebourg retire sa candidature à la présidentielle

Arnaud Montebourg se retire de la présidentielle

L’ancien ministre de François Hollande avait annoncé sa candidature à l’élection présidentielle en septembre dernier. En décembre dernier, il avait déclarer qu’il envisageait de se retirer afin de valoriser une autre candidature de gauche. 

C’est dans une courte vidéo publié sur les réseaux sociaux en fin de matinée, qu’Arnaud Montebourg a annoncé le retrait de sa candidature. Il justifie sa décision en réponse au constat accablant d’une gauche désunie. Le défenseur attitré du “made in France” reconnaît avoir échoué à fédérer derrière lui une candidature commune parmi les leaders de gauche. De plus, il ne souhaite plus être associé à la cacophonie à gauche face à la multitude des candidatures. “Je crois inutile et désespérant d’ajouter du désordre à la confusion d’un trop grand nombre de candidatures », déclare Arnaud Montebourg dans sa vidéo. Il a également décidé de ne soutenir aucun candidat de gauche à l’élection présidentielle. 

Quatre mois de campagne compliqués pour Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg avait lancé sa candidature en septembre 2021 sous le slogan de “La Remontada de la France”. Cependant, sa campagne s’est avérée décevante et plus compliquée que prévu. L’ancien ministre patinait dans les sondages (autour de 0,5 à 1%) et ses différentes déclarations n’ont pas arrangé la situation. En novembre dernier, il répondait au sujet des pays qui refusent de rapatrier leurs ressortissants expulsés de France. Alors candidat, il proposait d’interdire les transferts de fonds privés dans les pays qui le refusaient. Cette phrase a déclenché un torrent d’indignation à gauche dénonçant une mesure populiste. Ses propres soutiens s’étaient désolidarisés. Son rétropédalage sur LCP n’avait pas régler le problème. Le groupe des “Jeunes avec Montebourg” avait également quitté le navire. 

Arnaud Montebourg s’était aussi fait raillé pour sa mise en scène de coups de téléphone à tous les candidats de gauche. Aucun candidat n’avait alors décroché à ses appels. Il avait alors essuyé un refus de Jean-Luc Mélenchon.

A lire également : Eric Zemmour dénonce « une justice politique » après sa condamnation pour incitation à la haine raciale

Laisser un commentaire