La prochaine athlète qui va marquer l’histoire de l’handisport à travers les eaux du monde ? La jeune anglaise para-nageuse, Alice Tai, aura de grandes ambitions en 2020. En effet, elle vise une moisson de médailles lors des Jeux Paralympiques de Tokyo. L’année dernière, la para-nageuse de 20 ans a brillé lors des championnats du monde de para-natation à Londres. Portrait d’une étoile montante de la natation adaptée.

La particularité de la jeune para-nageuse 

Native de Poole (ville portuaire de la province de Dorset), Alice Tai grandit à New Milton avec un handicap qui la poursuit dans sa vie de tous les jours. Depuis sa naissance, Alice Tai présente une déficience physique au niveau des pieds. En effet, elle est atteinte du pied bot varus équin, une malformation des pieds tournés vers l’extérieur. Ainsi, ce handicap implique le blocage de la cheville en flexion plantaire. D’ailleurs, l’Anglaise a subi une dizaine d’opérations pour tenter d’améliorer sa condition de vie avant ses 12 ans. Elle utilise par moment des béquilles et un fauteuil roulant pour se déplacer. Malgré ses péripéties, la jeune para-sportive trouve son salut dans la natation à l’âge de 8 ans. 

Alice aux pays des eaux merveilleuses  

Évoluant dans le Seagulls Swimming Club, Tai fait ses premières armes dans la discipline aquatique. Rapidement, elle intègre la section handisport en catégorie S10. Elle est classée au sein des para-nageuses ayant une déficience physique d’un membre inférieur ou supérieur (complet ou incomplet) en nage libre, papillon et dos. Au regard de son handicap de degrés moindre, la sportive anglaise appartient à la classification S10 (Du plus sévère 1 au mois important 10). Par la suite, Alice dévoile ses capacités en nage lors des compétitions. 

Lors du British International Disability Swimming Championships en 2012, l’Anglaise fait de belles performances en junior. Sur 400 m nage libre, elle obtient une deuxième place qui lui permet de franchir un énorme à cap à son jeune âge. Effectivement, Tai fait ses débuts dans les compétitions chez les seniors à 13 ans. Aux Nationaux de 2013, elle réussit à faire bonne figure avec une deuxième place au 100 m nage libre et une médaille de bronze sur 50 m. Progressivement, la Britannique devient un véritable phénomène dans la paranatation continentale et mondiale au plus haut niveau. 

Un jeune talent qui rayonne au niveau supérieur

Depuis 2014, Ali Tai poursuit sa lancée en remportant des médailles sur la scène européenne et mondiale dans sa catégorie. Aux Européens d’Eindhoven (2014), la Britannique gagne 3 médailles dont un titre en relais. Au Mondiaux de Glasgow (2015), Alice dresse un bon bilan avec 3 nouvelles médailles de bronze (100 m dos, papillon et 4 x 100 m nage libre) et un sacre de plus sur le relais en 4 nages. Alice Tai met encore la lumière sur elle au moment des Jeux de Rio.  

Pour ses premiers pas aux Paralympiques en 2016, la jeune fille contribue aux résultats de la Grande-Bretagne (2e nation avec 147 médailles) avec l’obtention du bronze sur 100 m dos et une nouvelle victoire en relais. Par la suite, la trajectoire de la para-nageuse devient rapidement fracassante à l’image des Européens de Dublin de 2018. Effectivement, elle commence à collectionner les titres en individuel. Alice s’offre 3 titres européens sur ses épreuves de prédilection. À 20 ans, Alice Tai possède déjà un palmarès impressionnant dans l’handisport aquatique. Sa renommée fait véritablement écho à la suite à sa razzia au pays de la reine Élisabeth II. 

La reine aquatique de Londres en 2019

Au London Aquatics Center, Alice Tai est la star des championnats de paranatation. D’ailleurs, elle s’engage dans une nouvelle catégorie, de degrés supérieur par rapport à la précédente : S8. La para-nageuse de 20 ans performe avec sa nage impressionnante et domine ses opposantes à chaque épreuve disputée. Par exemple, lors de la finale du 100 m dos, Tai décroche un record du monde en 1’08’04 et termine la course avec 8”33 d’avance sur la deuxième Tupon Neiufi. De plus, elle rayonne au 100 m nage libre dans laquelle Alice prend le dessus sur Jessica Long et la Française Claire Supiot (2 médailles de bronze).

La finale du 100 mètres nage libre lors des championnats de monde de para-natation 2019 de Londres remportée par Alice Tai (Source Youtube : Paralympic Games)

Polyvalente, Alice brille sur cet événement en étant la meilleure athlète tout sexe et toutes catégories confondus. Pour cause, la para-nageuse finit première du classement des médailles avec 7 métaux dorés (5 en individuel, 2 en équipes). De surcroît, elle devance les hommes tels que Ihar Boki, Simone BarlaamMaksym Krypak et même le tricolore Théo Curin. Chez les femmes, Carlotta Gilli, la grande Sophie Pascoe ou encore Brock Whiston ont brillé dans leur catégorie. Mais la Britannique leur a quand même volé la vedette. D’ailleurs, la jeune Alice Tai s’est fait récompenser par un prix à l’issue de son année 2019. 

Sa performance honorable a été félicitée par un prix distinctif. Elle reçoit le trophée de la meilleure parasportive de l’année par le journal The Sunday Times. Faisant partie des grandes révélations de la natation adaptée, la para-athlète aura de nombreux objectifs durant ce début de décennie. Prochainement, elle concourra aux championnats d’Europe de Madère au Portugal, en mai. Mais, comme pour tous les para-sportifs, ses yeux sont tournés aux Jeux Paralympiques, fin août. Cette révélation semble tracer sa propre route pour inscrire son nom dans l’handisport en passant par les eaux.

À l’instar d’Alice Tai, Axel Allétru a fait ses preuves dans la natation handisport. Découvrez son formidable entretien auprès de Sara Jay de Rosa.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.