Table de Noël

Pour les enfants, Noël = cadeaux. Pour les filles, les femmes, les femens, les geuzes, les belles, et les féminines en tout genre, Noël = manger + boire. Alors lâchez prise pour de vrai. Mangez, buvez, faites-vous plaisir, vivez. Plus tard (en général vers mars) on fera de la détox, et encore un peu plus tard (à partir de mai), ce sera la diète. En attendant ces sacrifices canoniques, voici une liste de course pour Noël.

 

Préambule pas joyeux

Mais avant de vous donner la liste, à travers laquelle vous jetterez un œil distrait en vous demandant si votre peau d’orange mérite tel ou tel met, je vous parle un peu de moi et de mon gros cul… je vous parle de nous donc.

Noël est le moment le plus hypocrite de la vie, et il se répète tous les ans. On y fait semblant d’être heureuse, on y fait semblant d’aimer les enfants des autres, on y fait semblant de ne pas remarquer que le réchauffement continue, etc. Et même si on est assez moderne et volontaire pour ne pas être trop acariâtre, pour plein d’autres raisons, on trouve Noël hypocrite (et en plus, ça se répète tous les ans… déjà dis).

Noël est hypocrite parce qu’on mange et on boit, donc parce qu’on se charge en calories, alors qu’on n’a pas du tout envie d’aller à la salle le soir, parce qu’il fait nuit à 17 heures et que même une soupe au coin d’une vidéo de feu de cheminée ne réveille en nous aucune image de bonheur sincère. Noël c’est l’obligation de grossir et la nécessité d’être heureuse. C’est hypocrite.

CQFD.

Et remontée motivée

Mais pour 2019, j’ai changé. Est-ce une résolution avant l’heure ? La réalisation de mes vœux de sagesse ? Ou l’incarnation la plus profonde de l’hypocrisie dictatoriale ? Je ne sais pas. Mais cette année, mon corps me plaît.

Je le regarde dans la psyché. Déshabillée et très bien éclairée, j’arrête de me rejeter. Ça me plaît. Je me plais. C’est vrai qu’à force de régimes et de surveillance, à force de biking et steping, j’ai modifié progressivement mon apparence. Elle ne ressemble pas à ce que je souhaitais au départ. J’ai sans doute définitivement perdu la finesse de mes 15 ans, la rondeur de mes 17 et le velouté de mes 21. Mes seins marquent une ligne horizontale qui se perd sous les aisselles, mon ventre a définitivement adopté le contour élastique de mes culottes, et des veines apparaissent de-ci de-là sur mes jambes. Mais c’est bien mon corps qui rebondi par endroits, qui affiche un galbe à d’autres, et une mole peau d’orange ailleurs. C’est maintenant le mien. Je l’ai un peu modifié, construit, et ça se voit. Je le vois. Je ne suis pas la plus belle, j’ai des choses à gentiment cacher. Mais ce corps me plaît, je l’ai accepté.

Ce point acquis comme la foi dans l’esprit d’une catéchumène, je déclare à mon apparence que pour Noël me mangerai, et peut-être trop. Je mangerai pendant les fêtes, et tous les jours peut-être. Je mangerai, bien sûr, le mangerai trop, trop riche. Chocolats, foie gras et vins forts. Un peu pour me remercier, un peu pour me récompenser de tout ce sport, un peu pour me défier, un peu pour m’aimer quand même, un peu pour tout.

Et voilà. Maintenant que ce point est écrit, je me dois de vous présenter ma sélection de gourmandises de Noël.

 

Saké

Je vous invite à prendre du saké. N’importe lequel à partir du moment où il est bon. Le problème est pour en trouver. Si vous y parvenez, buvez-en comme du vin, à table, et pas d’autre forme de snobisme. Vous verrez, ça ne va pas avec tout, mais ça s’arrange avec les plats festifs mieux que du soda.

Il y a très peu de restaurants, même à Paname, proposant du vrai saké. Et le prix qui est affiché calme toute envie d’ivresse. En cas de doute, précisez que vous préférez du saké JUNMAI. Et bien sûr, joie de ce siècle (tant que les Terminators de viennent pas nous tirer dessus), vous pouvez en commander sur Internet (mais le choix reste maigre, pour nous les Françaises), chez Dugas Club Expert.

Voici 4 marques repérées au hasard lors du Salon du Saké, goûtées par votre hôte, et recommandées par la même.

KubotaOzekiFujinishikiHiroshima

 

Foie Gras

Spécialité et étrangeté culinaire nous restant de l’époque romaine (<<< Back to Astérix), je recommande le canard pour son goût plus prononcé. Concernant la marque, je vous sélectionne Comtesse du Barry. Évidemment, ne se doter que de foie entier, mi-cuit de préférence, et le déguster presque chambré pour que le maximum d’arômes exhalent à chaque bouchée.

Le foie gras est pour moi ce que l’ours Teddy peut être à d’autres : un moment de grasse tendresse dégageant odeurs et plaisirs. Je reconnais qu’un foie gras est bon lorsqu’il me fait me sentir comme dans mon lit, au chaud, douillettement emmitouflée sous les draps moelleux, avec l’espièglerie d’avoir le bout des doigts gras et la bouche savoureuse.

 

Les chocolats à offrir

Ils doivent être beaux et nombreux. Les avoir dans un papier permet de faire augmenter le désir de chocolat le temps incommensurable pendant lequel les mains les plus habiles tirent de chaque côté en fixant l’image d’un chocolat parallélépipédique sautant joyeusement dans une bouche salivante. Le papier doit impérativement briller, pour que les yeux du gourmand et les yeux gourmands de son entourage ne cessent de fixer le court et vif tournoiement du même chocolat juste avant qu’il ne se révèle au monde, tel un papillon pressé de sortir de son cocon.

Revillon. Prenez des chocolats Revillon pour offrir.

De Neuville. Et prenez des chocolats de Neuville pour le plaisir à ne pas partager.

Et puis pour vous la raconter en prenant votre aire d’institutrice qui parle toute seule pour dire des choses importantes et rigolotes, lisez cet article de Nutrident expliquant pourquoi le chocolat est bon pour les dents (tiens donc ?!…)

 

Les pâtes

Oui, ça peut paraître excentrique mais ça ne l’est pas tant que ça. Regardez bien le nombre de fois que vous préparez des pâtes en cette période de marché culinaire Premium ! Bien plus d’une fois sur deux ! Les dates arrivent dans notre assiette plus rapidement que notre estomac ne sécrète les acides et notre langue saliver Les pâtes sont devenues un réflexe restauration, et Noël ne fait pas exception.

Alors je recommande des pâtes d’Alsace. À défaut d’aller faire le marché de Noël de Colmar, je vous invite à inviter une cigogne dans votre assiette au travers les pâtes aux œufs et l’Est de la France.

 

Et le vin

Pour le vin, j’irai dans le Languedoc, mais pas pour vous faire découvrir le muscat de Rivesaltes (si vous ne connaissez pas, c’est que vous êtes vierge, et faut repartir depuis le début… Envoyez-moi un email, je me dois de vous trouver une solution). J’irai dans le Languedoc pour vous proposer des parfums forts, fruités et un peu fumé que l’on trouve dans cette région, grâce au sol de schistes.

Pour les rouges, commencez par un Castel Fossibus 2015 (Faugères), domaine Ollier Taillefer. Puis doublez-le et continuez dans la région en visant de plus en plus vieux et en vous rapprochant de Montpellier. Vos repas devraient plutôt très bien se passer.

 

Gâteau surprise

Mémé ou Mamie (selon les goûts) avait toujours des gâteaux qu’elle apportait comme des surprises. Contrairement à ceux de la voisine qui a cinq chats, ceux de Grand-Mère n’étaient pas périmés et sentaient encore bon. On pouvait les manger sans que Maman nous gronde après.

Pour jouer à la Mémé ou pour vous rappeler votre Mamie, vous allez vous servir des gaufres de Méert rhum raisin.

 

Enfin la bougie

Le chemin de table d’une jeune femme coquette et moderne comprend des bougies parfumées. Elles accueilleront vos invités, elles enlèveront les odeurs de gras qui remontent des restes perdus entre les assiettes sales et les plats collants. Allumées n’importe quand en soirée, elles feront oublier les odeurs de tabac restées coincées dans vos rideaux. Incroyable, elles parfument.

Pour que votre appartement sente le résineux si agréable à Noël, mais sans pour autant détruire la planète en coupant un arbre de plus, je vous propose la bougie Cupressus (Cyprès) de Carrières Frères.

 

Benedicte

Philosophe excentrique, Bénédicte vous cause de lifestyle, de tendances, de gastronomie, d'art et un peu sexo aussi. Et si vous cherchez un peu, vous trouverez un peu de philo, un peu partout.

7 Comments
  1. Merci pour ce post, eh oui on n’a plus la silhouette de nos 20 ans, mais bon, j’aime à partager ces repas de fêtes, certes trop longs et lourds mais c’est surtout le bonheur de se retrouver an famille qui est bon !

Leave a Reply

Your email address will not be published.