James Baker, nouvel artiste hybride de dix-huit ans aux paroles rappées puis chantées sort le 18 octobre un nouveau titre « Arrête ton cinéma » et passe des répétitions à la scène du  MaMA Festival. 

Celui qui décrit sa musique comme du « rap alternatif tiré vers la pop et la chanson» s’intéresse depuis toujours au monde de l’art. Du piano au classique, de la peinture à la réalisation de films, c’est finalement dans la musique que ses prémices s’écrit. 

Il y décrit sa vie de jeune adulte. Les filles et la séduction, son intrigue et nostalgie pour les années 80, époque qu’il n’a pas connu, les soirées et sa vérité : « Je n’ai pas énormément d’expérience à 18 ans. Alors, j’essaye d’être le plus vrai possible. J’écris et compose très souvent la nuit. Tout dépend de ce que j’ai envie de raconter, du moment et de comment, moi je me sens. ». Lunettes et café long au Café de L’industrie espère que vous apprécierez sa première interview et sa promesse de cent autres chansons. 

Dans ses références cinématographiques, il évoque Christopher Nolan et Inception, Stanley Kubrick et Shining.  Ensuite avec son titre « C’est la ouate » de Caroline Loeb, il rend hommage à ces années et les remet au goût du jour : « J’ai choisi celle là, c’est celle qui après plusieurs essaies ressortaient le plus. ».

Il évoque aussi ses mois artistiques d’émois en musique. En effet, de janvier à avril, il composait chaque semaine un nouveau titre : « Je sortais le plus de chose sans promo. C’était vraiment artistique, artistique à fond. Le titre qui sortira le 18 octobre, c’est le titre de transition entre le côté amateur et le côté professionnel qui se profile. ». Ses deux titres coup de cœurs, disponible sur toutes les plateformes (Spotify, YouTube…) c’est La prémisse et L’intrigue. Deux titres personnels qui reflètent sa vie avant la musique, avant ses 2 millions de streams.

L’automne est la saison de ses sons puisqu’un nouveau titre “Arrête ton cinéma” et un EP sont prévus. Rendez-vous sur tous les réseaux le 18 octobre et parmi la foule du MaMA Festival.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.