20 septembre : journée mondiale de la prostate, même pas peur

Prostate

Aujourd’hui lundi 20 septembre, nous vivons une de ces journées qui décomplexent notre sexualité. Le thème est le cul-cul de ces messieurs, si précieux et renfrogné, qui doit accueillir l’idée d’être visité à des fins médicales et des effets effervescents. C’est la journée mondiale de la prostate. Ce sera un doigt ou autre chose, n’ayez pas peur Monsieur…

Plaisirs joyeux vs tabou

C’est une zone érogène objective. Loin d’un quelconque fétichisme. Cher homme qui croit tout savoir, apprenez que vous pouvez aimer être dominé. Ce n’est pas que pour les filles. À celui qui n’y croit pas, prend cette idée et met là au fond de ta tête : il y a d’autres moyens d’être heureux. Profitez-en, plutôt que faire les bonshommes avec vos coiffures de métrosexuels.

Ton mari est trop dur pour imaginer que quelque chose puisse rentrer ? Alors ce n’est qu’un retardataire qui distribue les rôles avec la sagesse d’un chef de rayon de grande surface. Caché derrière un orgueil imbécile, il cache maladroitement sa honte de pouvoir s’aimer. Encore 21 ans d’analyse, pas moins.

J’invite donc à s’habiller d’un plug pour homme, sans peur et sans reproche. Le porter et le déclencher comme ça, par moments, du bout de sa télécommande. Le laisser à sa place, accolé au point P (pas les matériaux, bien sûr). Et puis ce sera au tour de Madame de créer des effets de surprises, des vibrations inattendues, inappropriées, excitantes et jouissives.

Allez hop, journée décomplexée !

Jouissance comme nouvelle virilité

Avoir l’intérieur qui vibre, les nerfs qui se réveillent et se détendent, les hormones qui montent, la sueur qui perle… et une tache sur le slip. Ça c’est sexy. Un mec qui décharge, ça nous excite.

La virilité ne s’arrête pas aux fessées paniquées. La prostate est aussi virile que le reste. La douleur n’est pas une information que la force doit combattre avec fermeté sourde. Au contraire. C’est ici la marque d’une certaine virginité, la tension d’un courage intérieur. La douleur est une crispation temporaire qui préfigure les joies augmentées.

Le massage de la prostate se fait avec douceur. C’est le massage le plus amusant, celui qui nécessite le moins de talent, du moins au début. Il suffit de s’y exercer, de se sentir, et de vouloir ce sentir. Plutôt que de chercher une nouvelle série sur Netflix ce soir, le 20 septembre sera le jour pour découvrir le plaisir d’un massage profond, tendre et salutaire.

Lutter contre le cancer

Un massage de la prostate est un moyen pour mieux connaître l’inconnu intérieur du corps, particulièrement du corps masculin. Prendre du plaisir à se faire du bien. Toucher sa prostate, comme l’on nous masse les seins. Parce que c’est bon, parce que c’est un diagnostic utile.

Un doigt ou un plug, comme un geste intelligent contre le premier cancer masculin en France (devant celui des poumons, parce qu’ils fument aussi).

Avoir un derrière opérationnel et utilisé aide à se prémunir du cancer qui prend de vitesse la lente vieillesse qui régit la longue beauté du porteur de vit. Alors, dans un prétexte soucieux de la bonne santé de tous, pendant qui vous pelote la poitrine avec passion, explorez-le avec au moins autant de cœur à l’ouvrage. Lorsque la visite médicale touchera à sa fin, vous aurez sans doute déjà échangé vos microbes fluviaux. Belle soirée !

Par Bénédicte, qui parle de tout

Ô Magazine
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
Autoriser tous les cookies
Enregistrer la sélection
Paramètres individuels
Paramètres individuels
Il s'agit d'un aperçu de tous les cookies utilisés sur le site Web. Vous avez la possibilité de définir des paramètres de cookies individuels. Donnez votre consentement à des cookies individuels ou à des groupes entiers. Les cookies essentiels ne peuvent pas être désactivés.
Sauvegarder
Annuler
Essential (1)
Essential cookies are needed for the basic functionality of the website.
Afficher les cookies