Gleeden est un site de relation extraconjugale pensée par des femmes… N’étant pas mariée, je suis à l’abri d’une quelconque mauvaise conscience judeo-catholico-bourgeoise. Et ma sœur ?

En effet, ma sœur n’a pas attendu Noël pour me faire une révélation fracassante. Maman et Papa ne sont pas au courant. Seulement moi. Pourquoi moi ? Elle a fait les études que je ne voulais pas faire, elle s’est mariée à un vertébré souriant qui n’a pas pu s’empêcher de grossir lors de ses grossesses à elle. Elle a eu deux enfants, presque trois. Ils sont intelligents, mais bon, pas toujours élevés comme j’aurais fait. Elle me donne des leçons, elle me regarde du haut de sa vie parfaitement construite, elle se la joue entre le surmoi freudien et l’inquisiteur Bernard de Caux. Et aujourd’hui, la voilà qui me demande si je trompe V***. Sachant qu’on est au XXIsiècle, que ma vie est à moi et qu’on meurt toujours seule, que V*** est juste une aventure passagère qui dure, et que cette dernière a aussi couché avec d’autres (je le sais, j’étais là), « Bien sûr que non » que je réponds sans rougir.

Ma sœur est aujourd’hui belle, sensuelle, féminine, indépendante, autonome, forte, insolente, vivante, et infidèle.

Ma sœur fait partie des 62 % des femmes qui atteignent l’orgasme avec un amant alors que ça échoue avec son mari. Le goût du risque, de l’interdit et du mal l’excite donc autant qu’à moi. Sur une échelle de sex-toys, cela vaut un préservatif Hex.

Elle fait aussi partie des 78 % qui avouent leurs fantasmes à l’amant inconnu, et elle fait la planche à repasser pour le boloss de ses nuits maritales. L’absence de lendemain est une absence de jugement, elle se lâche donc grâce aux histoires courtes. Cela vaut un Lelo Bruno. À propos, elle se vante d’en porter un au travail (je ne peux pas croire que ça ne se voit pas quand elle s’assied).

Cela fait déjà quelques mois qu’elle volage, elle a déjà eu autant d’amants que moi à 21 ans. Sur mon échelle de valeur, elle va atteindre un Lelo Billy. Elle a déjà fait des plus jeunes et des plus vieux, elle suit un régime strict avec légèreté, bientôt elle essaiera à plusieurs, et des filles, et pis encore…

Et elle continue quand même avec son mari, en me disant que c’est différent, bon, mais moins visuel. « Trop embrasser mal étreint » disait notre grand-mère.

Ma sœur, après tant d’effort pour répondre à une perfection à laquelle aucun humain ne sera jamais conforme (hors affection mentale irréversible), découvre ce qu’est vivre pour soi, avec les perspectives qui vont avec : cancer tabagique, dépressions de doute existentiel, violentes rébellions de la progéniture, etc. Elle se met en danger, pour se sentir vivre, pour jouer avec elle et avec son mari, pour qu’il se passe quelque chose là et maintenant. Et si elle se stabilise ainsi (ce que je souhaite en voyant son agréable changement), si elle devient une délinquante de la vie comme je tâche de l’être depuis ma licence, alors quel sera mon rôle ?

Par Bénédicte

Recommended Posts