Il y a libération sexuelle lorsqu’à la Saint Valentin il y a plus que de la séduction, lorsqu’il y a aussi du plaisir sensuel, sexuel et orgasmique.

Ce qui fait de moi une grande fille amoureuse c’est la charge de travail que je me donne pour préparer une Saint Valentin. Aujourd’hui ce jour est une fête : comme Noël dédié à la famille, Saint sylvestre aux amis, la galette pour les cousins qu’on confond avec les voisins, la chandeleur pour les enfants et leurs copains, il y a enfin la Saint Valentin pour les amoureux.

Alors, après une mise en scène de lingeries et d’alcool de poire à jeun, nous devrons vivre de plaisirs aussi longtemps que nous dansions au résultat du bac.

Le corps humain est ainsi fait qu’il faut que ça bouge, que ça varie, que ça change ; sinon la sensation s’étiole, disparaît et on dort. Alors il faut que je prévoie fort, progressif, très fort et très efficace. Une fois ne suffira pas (sinon ce sera comme tous les jours), il faut trois fois au moins ! Trois fois chacune = nous nous serions alors officiellement accouplées six fois en tout.

Du haut de ma noblesse naturelle, je n’aurai pas l’idée de me doter de simulateurs imitateurs de membres masculins, rosâtres pâles, sentant le plastic parfumé à la vanilline, et bruyant autant qu’un sèche-cheveux.

Du très haut de ma splendeur sophistiquée, je collectionne les plaisirs designs, affectionnant particulièrement (et non exclusivement) Lelo.

Regardez un jouet sexuel Lelo, tenez-le entre les mains, caressez-le, tournez-le. Doux, de ligne pure, adapté. Il vous raconte l’histoire de vos plaisirs. Seul, en couple ou plus, le vrai plaisir n’est pas volé d’un imaginaire phantasmagorique, il est pris agréablement en posant simplement là où la peau est fine et là où la muqueuse varie du froid au chaud, de l’humide au mouillé. Le plaisir sexuel ne signifie plus faire semblant, mais prendre son temps, il ne reproduit pas l’hétérosexualité bourgeoise, mais il porte toutes les métamorphoses de l’organisme. Le sexe n’est plus la ruse de la nature, mais le plaisir humain. Le sex-toy n’est plus un humain augmenté, mais l’ami de mes intimités sexuelles.

Revenons à notre Saint Valentin et à notre menu plaisirs. En entrée des préliminaires agressifs et alcoolisés, une fois chaque corps intégralement goûté et les lingeries suffisamment déchirées, nous passerons aux accessoires modernes. Je prévois une première jouissance clitoridienne avec Lily ; c’est le choix le plus simple, je prévois maximum 5 minutes par personne. Puis changement de musique, peut-être même un film X, comme un entracte de caresses, en attendant le renouvellement hormonal.

La deuxième jouissance devra être vaginale. Fait rare chez moi et peut fréquent chez V***, ce ne sera pas simple. Je prévois d’être accompagnée de Ina. Je prendrai mon temps. Je prendrai bien mon temps. But atteint, j’espère en tirer une belle photo : celle d’un cou féminin cambré à l’extrême, forçant la bouche à s’ouvrir dans un tiraillement, et portant les seins au sommet du ciel, les yeux s’écrasant au fond de la tête, les cheveux collés dans une sueur du front et entremêlés sur l’oreiller ; j’espère alors sentir ses ongles dans ma peau.

Pause repas. Je voulais prévoir du Tzatzikis, mais je crains que le yaourt ne s’entende stomacologiquement pas avec l’eau-de-vie déjà acquise. Alors ce sera des sashimis. Les sous-entendus culinaires sont différents mais tout aussi érotiques.

La dernière étape reprendra avec la violence, le plaisir exquis. Nos amis désanimés seront appelés en bande pour démultiplier les excitations, les frottements, les mouvements et les sensations. Avec Loki, odeurs et couleurs se mélangeront dans un bouquet final digne des happy end des films hardcore. Recherche de montée en orgasme long et entretenus jusqu’aux déchirements.

Omag.2017.StValentinLelo.BAF.LELO_Valentines-Gift-Set_open-secret_2Puis, à l’Aurore aux doigts de rose, je lui offrirai, en souvenir, le coffret Plaisir Adore Me, qu’elle l’ouvre seule, car j’ai plaisir à imaginer qu’elle l’utilise en pensant à moi.

Par Bénédicte

Recommended Posts