La magie de la cuisine comprend des animaux extraordinaires, des légumes de la terre, des fruits des arbres, des épices venues de loin et un genre druide. Revenons sur les épices magiques.

Avant, au temps du baby-boom, les femmes faisaient à manger et les hommes la cuisine. Pour sortir de ce cliché phallocrate, il ne faut surtout pas croire que la chose la plus indispensable à l’humain commence par l’acquisition d’une cuisine équipée, non plus que les grimoires de cuisine en tout genre regorgent de formules de chefs. Ce qu’il faut avant tout c’est enchanter le manger.

Les variations et les modes de cuisson et d’accommodement s’apprennent à l’école des apprentis. Les compositions, les surprises et les dressages sont enseignés au niveau supérieur. Mais, chers élèves, ce que vous utiliserez le plus souvent est à mi-chemin entre l’eau pour les pâtes et le confit marbré. Pour que votre viande sautée, mijotée ou rôtie ait un goût qui change (car vous avez acheté un demi-cochon , piégé par une promo de marché de village en vacances, ou parce qu’à la page régime vous devez vous sustenter avec 200 gr de poulet bouilli par jour), pour que ça change donc, vous serez sauvé par les épices.

Vous irez en épicerie (d’où le nom… c’est comme les drogueries… Ha non !, indienne (car ça vient de là, à l’origine) et vous prendrez au hasard. Au nez et à l’aventure, vous saupoudrerez vos plats, vous préparerez vos bouillons, vous étoufferez vos rôtis, vous exciterez vos thés. Vous ferez des découvertes et des erreurs (ne comptez pas vos efforts). Les plus studieuses prendront des notes, les plus volontaristes marcheront à l’instinct, les plus créatives à la couleur (ne mangez pas chez elle !), et d’autres travailleront leur nez (et maintenant vous regarderez différemment celles qui en ont un grand).

Vient d’être redécouverte, en provenance de 2 000 m d’altitude en Afrique (à ce qu’on dit) la baie de la passion. C’est assez incroyable : ce qui ressemble à un caillou de cendre durci a parfaitement le goût du fruit de la passion. Alors là, on va s’amuser.

Par Bénédicte

Recommended Posts