Cela surprendra celles qui n’ont pas suivi mes amours, mais j’apprends le japonais avant de partir au Japon. C’est une histoire de garçon (bin oui), dont je ne suis même pas amourachée (bin non). Mais comme c’est possible, l’idée de le faire me semble aussi bonne qu’une autre. J’explique.

J’avais un plan « on s’ennuie ensemble » avec un Japonais. On se voyait de temps en temps, les mois en « R ». Celui-ci, après quelques allers-retours Paris Tokyo pour parfaire son apprentissage de notre belle culture culinaire, s’en retourne définitivement au pays du soleil levant. Il était venu pour apprendre la cuisine française et il m’a permis de découvrir le saké. À part quelques hasards de rencontres nipponnes, je n’ai en somme pas fait grand-chose pour mieux le connaître. Je me suis contentée d’être son bon souvenir parisien. C’était bien, mais maintenant qu’il m’annonce son départ, cela laisse un goût de temps perdu. C’est vrai que je ne le voyais qu’en coup de vent, pour tromper le temps et l’emprise des autres copains, et voilà que ce vent me l’emporte.

Arrivée sans prévenir, voilà l’envie d’aller au japon. C’est sans doute très beau et très différent ; la preuve c’est très loin. C’est sans doute en avance d’un millénaire technologique et arrêté dans le temps traditionnel ; c’est ce qu’on en dit.

Alors je sauve tous les mois quelques euros pour voler jusqu’au Japon. L’objectif sera de redécouvrir mon copain et de découvrir ce qui est différent, là-bas loin. Je ne dois pas faire l’erreur d’y aller avec mon guide et mon anglais colonialiste en m’extasiant pour couvrir mes frais. Je dois être transformée par le Japon. Eh oui ma fille ! J’arrive à la fin de ma vingtaine (j’y pense tous les jours), et si je ne fais pas plus de moi, je resterai l’employée qui respire pour recevoir des ordres de quelqu’un. Alors à l’impossible nulle n’est due, et je démarre l’apprentissage du japonais. Mon voyage prochain est une date butoir pour apprendre autant que possible et ainsi déjà commencer ce voyage.

Après la première heure passée sur preply.com, l’écriture dessinée apparaît clairement comme un grand avantage. Avec elle, on part de tellement loin pour apprendre, qu’il n’est pas possible de ne pas vivre cette culture en tentant de la parler.

Entre le boulot, la salle, les rendez-vous volés avec mon amant (un autre en l’occurrence, vous suivez ?) et mon blog, c’est un défi que je me lance pour être plus moi avant d’être trop vieille pour changer. C’est un peu comme perdre deux tailles avant le mariage d’une copine ; c’est pour de vrai devenir plus puissante pour vraiment découvrir ce monde moderne.

Recommended Posts

Laisser un commentaire