Le choc des titans, une véritable odyssée démarre, sous un angle nouveau, à travers le football avec L’Euro 2016…

Giroud au top

Ils étaient beaux, ils étaient grands et, dès leur entrée dans le stade de foot de Saint-Denis, imitant les sauts des Masaïs, dans une ambiance fraternelle, ils semblaient dire déjà :

 « Nous sommes venus pour vaincre ! » Dorénavant, le message est très clair pour le monde entier. Pour sortir victorieux d’un match de football, il va falloir apprendre à s’adapter à la nouvelle donne imposer hier par nos Bleus : extrême rapidité, maîtrise remarquable de la balle et une fraternité indéniable.

Oui, ils étaient véloces, forts et admirablement prodigieux, face aux géants du Nord, non moins méritants, malgré les circonstances qui ne leur étaient guère favorables. Rappelons au passage que l’adversaire est coriace et qu’il a mené un jeu stupéfiant, qu’on ne peut que saluer, en se battant tel un véritable gladiateur dans l’arène, jusqu’au bout.

Beaucoup auraient baissé les bras dès la fin de la première partie du jeu, avec un 4/0 en faveur des Bleus, mais non pas les Islandais, qui sont entrées dans la mêlée de façon déterminée, dès le début. Tel le grand Birkir Bjarnason, alias Thor selon MR, qui n’a ménagé aucun effort pour tenter de redresser le tort qu’a voulu leur imposer le sort, l’équipe islandaise fut admirable et pleine de ressort.

Les Bleus, ces géants

Payet inscrivit son nom dans l’histoire en lingot d’or et non pas seulement en paillettes, tout comme ses frères de jeu dont les formidables Giroud, Griezmann, Pogba et tous les autres dont la présence sur le terrain fut véritablement épatante. Ils semblaient se démultiplier, étaient partout à la fois, tout en restant presque toujours maitres du jeu. Citons-les tous, car ils furent hier bénis des dieux : Lloris – Sagna, Rami, Umtiti, Evra – Pogba, Matuidi – Sissoko (ou Coman), Griezmann, Payet – Giroud. Une nouvelle race de joueurs, quasiment des mutants, viennent de voir le jour et il faudra compter avec eux, dorénavant, sur la scène mondiale du football.

Waouh, on se lève tous, oui, pour ces Bleus-là qui nous ont offert un spectacle de toute beauté, absolument magnifique, avec des gestuelles sublimes telles que celle de Pogba, qui dit-on, a dabé, après avoir marqué son but et celle du baiser du pied de Payet par Griezmann.

Hauts-les-cœurs… ils sont grands, ils sont beaux et vraiment formidables nos Bleus ! Des géants, et ils nous ont réellement fait vibrer au rythme d’un jeu mémorable : le Match du siècle… ! Oui, osons le dire, en espérant d’autres tout aussi époustouflants.

Pogba en train de
Le baiser fraternel qui fait chaud au coeur
Recommended Posts