Dès ses origines, les réalisations cinématographiques russes et soviétiques sont considérées comme des œuvres d’art majeures en Europe.

Quelle place pour le cinéma russe ?

Longtemps il a été considéré comme le cinéma le plus influent d’Europe. Dans les années 1990, le cinéma russe connait une crise importante. Cependant, celle-ci ne l’empêche pas de reprendre sa place une dizaine d’années plus tard et de figurer parmi les plus prolifiques d’Europe.

Leviathan aff Russe

Le début du cinéma en Russie, c’était il y a longtemps ?

Oui ! Les premiers films à avoir été projetés datent de 1896, soit il y a 120 ans. Ces films ont été visionnés à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Le premier court métrage quant à lui, date de 1908 et portait le nom Stenka Razine et le premier film d’animation a été réalisé en 1910.

Et pendant la période soviétique ?

Sous ce régime, les productions cinématographiques deviennent du cinéma dit d’État. Le cinéma est ainsi utilisé à des fins d’éducation et de propagande, et la censure est très présente. En 1919, on voit apparaître la toute première école de cinéma du monde à Moscou. Elle porte le nom de VGIK. En 1925-1930, c’est l’apogée du cinéma muet soviétique. Dans les années 1930-1935, le cinéma muet disparaît progressivement.

Et aujourd’hui, qu’en est-il ?

De nos jours, peu de films russes sont présents sur les écrans des Français. Cependant, le pays en produit beaucoup chaque année. On compte une centaine de productions par an. Les productions russes ont toutefois beaucoup de mal à s’exporter.

Quelles sont les œuvres phares du cinéma russe ?

Il est compliqué au vu du nombre de films produits d’établir une liste courte. Toutefois, certains titres reviennent régulièrement.

Il s’agit de :

  • L’ironie du sort, d’Eldar Riazanov
  • Moscou ne croit pas aux larmes, de Vladimir Menchov
  • Les douze chaises, de Léonid Gaïdaï
  • Léviathan, de Andrey Zvyagintsev
  • L’idiot, de Yuri Bykov
  • Urga, de Nikita Mikhalkov
  • Stalker, de Andreï Tarkovski
Recommended Posts