La St-Valentin, devenue la fête des amoureux, tire son origine d’une tradition médiévale célébrée le 14 février, date correspondant au début de la période des amours chez les oiseaux. Valentin était, quant à lui, un martyr romain du IIIe siècle. 

Lorsque le mariage fut institué, l’espérance de vie des êtres humains tournait autour de 35 ans. On se mariait plus tôt, mais l’union conjugale durait à peine une vingtaine d’année. Cette espérance de vie est passée, depuis 1850, de 49 ans à 80 ans et les biologistes nous prédisent une longévité qui dépassera les 120 ans, en bonne santé, autour de 2050. Il sera donc possible soit de vivre une très, très longue histoire d’amour, soit de vivre 4 ou 5 relations amoureuses d’une vingtaine d’année chacune.

Auparavant, les raisons du mariage étaient surtout d’ordre économique. On se mariait pour partager les tâches nécessaires à la survie. D’ailleurs, les mots aimer et amour, apparus dans la langue française au XVe siècle, tirent leur origine du verbe aider. Aujourd’hui, on s’unit par amour, un sentiment très intense fait d’attachement, de tendresse et d’attirance physique. De rationnelle, la raison du mariage est devenue émotive. L’émotion étant de l’énergie en mouvement, cela expliquerait l’instabilité des couples d’aujourd’hui comparés à ceux du début du siècle dernier : seulement 5 % des couples divorçaient.

Recommended Posts