Je vous présente les phases applicatives de ma lingerie Moulin Rose en préparation de la Saint Valentin. Autant d’idées pour vous…

À 15 ans, la Saint Valentin c’est un bouquet de fleur. Bravo les fleuristes, car même la Toussaint ne rapporte pas autant.

À partir de 20 ans, on se doit d’accompagner le végétal d’un resto réservé plutôt très à l’avance, sinon c’est Fatal Kebab.

Année après année, dîner après dîner, on prend conscience que la Saint Valentin ça se prépare, ça se planifie, ça s’organise, ça se conceptualise. Et voilà ce que je prévois pour ce grand soir, entre moi et V***.

On commencera tôt, vers 18h. On jouera à la vendeuse à domicile. C’est un scénario très 80’s, coquin et facile, avec des dialogues comme :

Omag.2017.StValentinMoulinRose.BAF.0.MoulinRose Lola

DivineMania by Mouin Rose
Lola

-- Bonjour Madame Bénédicte.
DivineMania by Mouin Rose Jana

DivineMania by Mouin Rose
Jana

-- Bonjour Madame la vendeuse très bien maquillée et très souriante.
-- Que vous êtes belle, que vous sentez bon. Sans mentir, vous devriez jeter un coup d’œil sur la dernière gamme de lingerie de Moulin Rose. Cela ne vous engage à rien, et je reste certaine que vous en serez la plus belle de tout l’immeuble. Vos voisins en seront jaloux !
Omag.2017.StValentinMoulinRose.BAF.0.MoulinRose Madone

DivineMania by Mouin Rose
Madone

-- Oh bah alors, pourquoi pas, justement je me demandais qu’est-ce que je pourrais bien porter de nouveau, d’agréable et d’affriolant.
Omag.2017.StValentinMoulinRose.BAF.0.MoulinRose Nathy

DivineMania by Mouin Rose
Nathy

-- Tenez, regardez la dernière collection Divinemania. Touchez la qualité, sentez le plaisir, imaginez les fantasmes qui se réaliseront naturellement avec un tel ensemble !

Puis, cette introduction faite, j’irai derrière le paravent (que j’ai ramené de ma chambre dans le salon, tout exprès), et, aussi vive qu’Arturo Brachetti, je réapparaitrai le dessous Envidia en avant. Sans la regarder, lui parlant comme certaines mauvaises bourgeoises savent s’adresser aux vendeuses, je me mirerai dans le trumeau, laissant mes mains parcourir le vêtement dans le sens des lignes naturelles. Ce sera la phase 1.

Phase 2, même jeu avec l’ensemble Jeannette. Derrière le paravent, j’allumerai la lampe et, en ombre chinoise, je tâcherai de mettre ma copine dans l’état d’un ricain dans un streap-bar. Et la musique s’arrêtera (la playlist est en cours de réalisation). Je sortirai en féline et lui proposerai à boire.

J’avais évidemment pensé à du champagne. Mais, venant de moi, c’est trop attendu. Alors ce sera un alcool de poire. C’est violent, ça chauffe, ça perturbe, et nous serons à jeun comme pour une prise de sang. Faut rester sans manger pour être plus méchantes.

La phase suivante est aussi connue qu’une publicité de chaîne TNT. Elle devra déchirer chacun des tissus m’enrobant. Je l’habillerai alors avec la tenue Jana, lui banderai les yeux, l’attacherai, la ferai boire la poire, en renverserai sur elle, partout et l’allongerai enfin. Attachée, aveugle, en lingerie sensuelle, mouillée d’alcool blanc, une musique violente, elle sera alors livrée tendue et en place pour que je la prenne en photo. C’est, j’espère, angoissant.

Enfin, échauffée et énervée, elle aura le droit à être mordue, griffée, embrassée, caressée, aimée.

C’est ce que j’ai prévu pour cette Saint Valentin : du plaisir jusqu’à la limite et de la jouissance jusqu’aux orgasmes. Mercredi à l’aube, les yeux pleins de collyre, l’estomac gargouillant, nous assoirons nos crampes d’adducteurs sur nos fauteuils professionnels.

Par Bénédicte

Recommended Posts