On a rencontré Nelly Chatagnon, maquilleuse professionnelle, et co-fondatrice du blog MakeMyBeauty, qu’elle anime avec Alexandra Bonelli. Elle a accepté de répondre à nos questions au sujet du blog, de leurs projets, de leur vision du maquillage…

Pouvez-vous nous parler de votre blog, de ce projet qu’est MakeMyBeauty ?

Alors MakeMyBeauty, c’est un blog beauté généraliste. On y parle autant d’un mascara que d’un parfum, ou que d’une bougie bien-être. On a une vision de la beauté plus large que le maquillage. L’envie vient bien sûr de notre métier ; Alexandra et moi sommes toutes deux maquilleuses dans la mode, et c’est un métier qui suscite beaucoup de questions ! A un moment, on a voulu partager notre savoir-faire,  et sortit des diktats de la beauté. On sait que ce que l’on voit dans les magazines est très éloigné de la réalité. On aborde la beauté avec bienveillance : non, il n’est pas nécessaire de peser cinquante kilos pour être jolie. Je pense aussi que l’on est en train d’entrer dans une nouvelle ère, plus respectueuse des différences, du corps en général, et de l’environnement ! Notre fond de commerce, c’est ça : le respect, le bien-être. On montre à plein de filles qu’avec trois coups de pinceau, on peut faire des merveilles ; cela peut  paraître futile, superficiel, mais il faut se rendre compte que ça peut donner procurer beaucoup de confiance en soi.

 Vous proposez des séances beauté, c’est l’occasion de mettre cette vision en pratique ?

Oui, le but, c’est que ces filles repartent avec des étoiles dans les yeux. Ces personnes nous contactent via le blog, le bouche-à-oreille, ou parce qu’elles ont entendu parler de nous dans des magazines… Les filles apportent leur matériel de maquillage, on analyse leurs habitudes, leur manière de faire, et on ajuste. Certaines personnes ont de très mauvaises habitudes, tout simplement parce qu’elles ne savent pas. On est là pour répondre aux questions qu’elles se posent, et qu’elles nous posent. Certaines veulent travailler avec leur propre matériel jusqu’au bout, d’autres nous demandent d’ajouter, de les conseiller pour de nouveaux produits. Là encore, il y a des différences, notamment en fonction des budgets ; et entre une entrée de gamme et le luxe, il y a une vraie différence. Mais on a un mantra : la peau, la peau, la peau. Plus la peau est belle, plus on est belle au naturel, plus le maquillage est beau. C’est vraiment la base d’un maquillage réussi. C’est pour ça que l’on donne aussi des conseils pour le soin de la peau, et pas seulement sur l’utilisation d’un mascara par exemple.

 

Nelly-Chatagnon-Ô-Magazine

Votre concept est assez unique pour le moment, vous avez des projets d’évolution ?

Oui, pour l’instant ! Mais ces choses-là changent vite. Il y a encore six mois, on était les seules à faire ça, maintenant on commence à être suivies. Et c’est tant mieux ! Pour les projets, on pense à un livre, à un agrandissement de nos locaux (ndlr : aujourd’hui au 58 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris), pourquoi pas à l’ouverture d’un MakeMyBeauty en province… On a plusieurs projets. Pour les cinq ans du blog on a lancé une beautybox contenant les must-haves de nos marques préférées que l’on va sans doute pérenniser.

 Vous travaillez à la fois sur des défilés et avec des filles du ‘quotidien’, comment conciliez-vous cela ?

Bien sûr, les deux sont extrêmement différents. L’avantage de travailler sur les défilés, c’est que l’on parvient à capter l’air du temps, d’être au plus près de ce qui se fait, ce qui se fera demain. Mais le monde de la mode est très exigeant, et très fatiguant. A 25 ans,  c’est un sport auquel on s’adonne avec plaisir et passion, parce qu’il y a ce défi, cette effervescence… A 45, c’est plus compliqué. A un moment, Alexandra et moi avons eu envie d’opérer ce tournant (même si on continue de faire des défilés). Entre nos séances beauté personnalisées et les backstages, il y a un monde. Les mannequins sont des canevas, sur lesquels on exécute la vision du créateur. C’est d’ailleurs un vrai plaisir, elles sont très faciles à maquiller. Avec nos clientes de tous les jours, il faut savoir lire entre les lignes, entendre leurs envies, interpréter leurs mots. De nombreuses femmes ont une idée assez déformée de ce qu’est, par exemple, un « maquillage naturel ». Elles nous apportent des photos de tapis rouge, et nous, on sait que pour cette apparence naturelle, il a fallu travailler avec des quantités de produits, que les flashs ont absorbés ! C’est un tout autre travail, et l’on doit lire entre les lignes. Mais c’est un travail passionnant, qui nous met à l’épreuve !

MakeMyBeauty-Ô-Magazine

En tant que maquilleuse professionnelle, vous êtes aventureuse avec votre propre visage ?

Pas vraiment ! Moi, si je pouvais ne pas me maquiller, ce serait le top. Mais je ne suis plus si jeune, et pour avoir bonne mine, il faut admettre que je suis bien obligée. Et si j’essaie de vendre mes compétences en maquillage à quelqu’un alors que j’ai des cernes, l’air fatigué… évidemment, ça passe moins ! Alexandra est plus audacieuse que moi, elle adore essayer tous les produits. Mon GRAAL, c’est avoir la peau blanche ; je ne me mets pas au soleil, j’utilise des produits blanchissants, et surtout, pas de bistouri. Mais bien sûr, j’aime bien tester les produits que l’on reçoit ; là-dessus, on est de vraies gamines toutes les deux ! C’est une découverte permanente, et c’est un vrai plaisir.

Comment vous-êtes vous rencontrées avec Alexandra ? Vous vous connaissiez bien avant le lancement du blog ?

On s’est rencontré sur un événement pour Nars pour lequel nous avons travaillé ensemble il y a une dizaine d’années. Un soir, on dînait ensemble, avec quelques amies, et Alex nous a confié qu’elle commençait son blog, mais qu’elle peinait un peu. A la même époque, j’essayais de lancer mon site, mais j’étais un peu trop ambitieuse au niveau de la mise en page, du codage… et je n’y arrivais pas non plus ! Le surlendemain, on s’est retrouvé pour parler d’un projet commun, et c’est comme ça que ça a démarré ! On a commencé le blog, et puis les séances beauté, qu’on a la chance de pouvoir faire ici. On est très complémentaires ; elle est plus efficace que moi à la technique, elle a un esprit cartésien, tandis que moi, je me retrouve plus dans le contact avec les gens.

Merci d’avoir répondu à mes questions  !

Propos recueillis par Claire Le Gouriellec.

 

Recommended Posts