Les Imaginales 2015 à Épinal, c’est la fête du livre qui en appelle à une imagination aussi féconde que hors norme, avec des frissons plus que de raison…

 

2015OmagazineImaginalesERb 2015OmagazineImaginalesERcd 2015OmagazineImaginalesERab 2015OmagazineImaginalesER1a

 

Du 28 au 31 mai 2015, la fascination guettait le lecteur sous divers angles aux Imaginales d’Épinal, l’incontournable festival du livre des mondes imaginaires

Ils sont là, nombreux, pour avoir exploré le fantastique, la science-fiction, la fantaisie ou encore les contes et légendes. Extraterrestres, monstres en tout genre, vampires, zombies et autres, peuplent les ouvrages des auteurs venus des quatre coins du monde pour présenter leurs livres au festival des mondes imaginaires.

2015OmagazineImaginalesERbc

Des univers étranges, des personnages atypiques, des intrigues déroutantes attendent les amateurs et les curieux qui s’aventurent sur ce salon du livre d’envergure internationale. Des best-sellers tels que Olivier Romac, Gregory Delaunay et Diane Ozdamar sont à l’honneur, cette année aussi, tout comme Juan Miguel Aguilera, l’un des maîtres du roman historique orienté fantasy, l’an dernier.

2015OmagazineImaginalesERxa 2015OmagazineImaginales2015 2015OmagazineImaginalesERbb

L’étrange, le gore, le mystique, le dark style, le désenchantement, la magie, les sortilèges, l’enchantement et bien d’autres univers abondent au milieu des genres littéraires ici plébiscités. De la nouvelle au roman, en passant par les contes et légendes, le voyage imaginaire est permis ici ou là, à travers des notions pluridimensionnelles. Du rêve au surnaturel, des projections spatio-temporelles aux références mystiques, de l’anticipation à l’exploration des réalités ou des mythes du passé, le lecteur laisse librement voguer son esprit, selon ses affinités avec l’univers littéraire d’un écrivain ou d’un autre.

2015OmagazineImaginalesER1  2015OmagazineImaginalesERa1

2015OmagazineImaginalesERed

Le dépaysement ne s’arrête toutefois pas au contenu des écrits proposés. Bon nombre de visiteurs se présentent déguisés sur ce salon littéraire qui se prête à toutes les fantaisies ou presque, tout comme certains auteurs qui ne manquent pas de créer l’événement, à leur façon, tels Katia Lambert qui signe ses livres en Arwen, reine des fées ou Pricillia Benoît en vampire. Il y a cette rencontre étonnante avec le personnage de la mort revêtu par une jeune femme au doux nom de Marie-Ange, fervente croyante, qui se présente le lendemain en tenue de ville, sous une apparence des plus charmantes.

Conférences et colloques, suivis de débats et de rencontres avec le public ont largement fait le bonheur des petits et des grands autour de cette récente édition.

Au palmarès des prix décernés cette année :

Roman francophone : Manesh de Stefan Platteau (Les Moutons Électriques).

Roman étranger traduit : Comme un conte de Graham Joyce*, trad. Louise Malagoli(Bragelonne).

Jeunesse : La Voie des oracles d’Estelle Faye** (Scrineo)

Illustration : Hélène Larbaigt pour L’étrange cabaret des fées désenchantées(Mnémos « Ourobores »)

Nouvelle : Père-des-Pierres (novella) d’Orson Scott Card, trad. Jean-Daniel Brèque(L’Atalante)

Prix spécial du Jury : Vincent Ferré, pour le recueil Lire J.R.R. Tolkien (Pocket) et la supervision de la nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux (par Daniel Lauzon, chez Christian Bourgois)

 

Les Imaginales d’Epinal

Recommended Posts