Le mot Contrex appartient à notre vocabulaire de façon si évidente, qu’il me fallait revenir sur cette eau si destinée aux femmes.

Depuis Pacques de mauvaises habitudes se sont installées. Tous les matins je me demandais « quand est-ce que ça va s’arrêter ? Quand viendra la saison où on ne sera plus obligé d’accepter des chocolats, un dîner, un réveillon, un week-end gastronomique ou des chocolats ? ».

Le bout du tunnel n’est peut-être pas si loin. L’été arrive, l’image d’un bourrelet autour de l’élastique du maillot doit vous revenir à l’esprit chaque fois que, devant les offres si colorées de la cantine, vous glissez vers la énième erreur. Et avant même les quelques jours de camping à Arcachon ou Lesbos, déjà maintenant, à chaque éclaircie il y aura ces robes qu’il faudrait mettre pour pouvoir les laver, pour qu’elles s’abîment, pour que vous ayez le droit moral d’en acheter d’autres. Et même en dehors des robes, même si le leggin (contrairement à son ancêtre le caleçon) gaine la jambe sur une forme de jambe, des fesses qui l’élargissent et un ventre qui ne dégonfle pas restent la marque d’une équation d’échec : pas disciplinée + pas de volonté = pas libre x (désirable/5).

Alors me voilà face à elle. Cet autre que mon miroir. Celle qui me dit à quoi je pourrai ressembler. Allongée, dynamique, la taille fine marquée. La bouteille de Contrex, posée au centre de la table de la cuisine ou à côté de mon lit, je la regarde. Cela fait des années que je connais son goût, que je lis ses étiquettes. Elle est le symbole de mon régime permanent, de mon rythme culinaire surveillé, d’une sorte de bonne conscience physique.

Omag.2017.Contrex.BAF.3Lorsque vous prenez une bouteille de Contrex en magasin, si reconnaissable à son bouchon rose (donc réservé aux femmes et aux rugbymen), les gens de plus de 80 kg pensent que vous êtes au régime, les autres savent que vous vous surveillez, certains vous imaginent angoissée, d’autres imperméable aux plaisirs culinaires. Le Contrex a une signification, c’est le signe d’un souci de son corps, une volonté de le rendre plus performant, la marque d’un désir de progrès, d’une volonté d’invisibilité.

Lorsque l’on carbure au Contrex, on est seule avec son Contrex, comme avec un psy qui, au lieu de vous écouter, vous déshabille du regard y détaillant chaque zone liposuscable. Le Contrex est tellement une histoire personnelle, que vous n’en trouverez pas sur les tables de bistrot, et même pas dans les cartes des restos bios. Lorsque l’on carbure au Contrex, on n’a plus le droit aux facilités gastriques. Lorsque vous signez un partner agreement avec Contrex, vous vous concentrez sur votre être femme, visuelle, présente, physique, réaliste, sportive, compétitive… Compétitive sur moi, contre moi et pour moi.

L’universalité de complexe corporel féminin, justifie la nécessité sociale de la bouteille de Contrex comme symbole ; symbole de la décision d’être complètement femme, belle et invincible.

Par Bénédicte

Recommended Posts