Les troubles musculo-squelettiques, ou TMS, sont des maladies professionnelles qui agissent non seulement sur les muscles, mais également sur les nerfs et les tendons, et affectent plus particulièrement les articulations. En général, ce sont les membres supérieurs, à savoir les coudes, les poignets et les épaules, ainsi que la partie dorsale qui subissent les TMS. Les genoux et autres articulations des membres inférieurs sont rarement atteints de ce trouble. Il s’agit d’un déséquilibre entre les contraintes auxquelles le corps est soumis et ses capacités et une question se pose : comment contracte-t-on les TMS, qui sont, de nos jours, les maladies professionnelles les plus connues ?

 

Les facteurs des Troubles Musculo-squelettiques

Les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans le fait de contracter des TMS. Dans un environnement froid et très bruyant ou un endroit à éclairage inadéquat, les risques de la maladie augmentent. Au travail, les mauvaises postures ainsi que la répétition excessive de certains mouvements favorisent les TMS. De même que les tâches monotones ainsi que l’environnement social entre collègues et employés-employeurs qui se dégrade, ou encore le rythme de travail excessif peuvent déclencher également cette maladie. Cela inclut les délais à respecter, les horaires quotidiens, l’insuffisance du temps de pause, etc. car le stress et la tension agissent sur les muscles. Pour finir, certains problèmes de santé, comme le surpoids, les problèmes de dos chroniques ou le diabète facilitent l’atteinte du trouble.

Oui, les facteurs sont nombreux, mais que faire pour prévenir les TMS ?

Préventions des troubles

Afin d’éviter les TMS, il est indispensable que l’environnement de travail soit amélioré. Par exemple, les travailleurs disposant de tabourets ou chaises ergonomiques ont beaucoup de chance d’échapper aux maladies musculo-squelettiques. Par ailleurs, les pauses ne doivent pas être négligées par les employeurs et pendant ces moments de détente, les travailleurs peuvent en profiter pour effectuer les bons gestes pour se relaxer. En outre, pour éviter les troubles au niveau du dos, la pratique de sports comme le yoga aident à maintenir une bonne posture grâce à des mouvement simples à reproduire comme l’on peut voir sur cette vidéo.

Certaines sociétés procèdent par l’enquête sur les troubles musculo-squelettiques afin de les prévenir et des questionnaires anonymes sont adressés aux travailleurs. De cette façon, l’identification de la maladie permet de surveiller l’état de santé des employés, d’évaluer les processus de production et d’améliorer l’environnement de travail. De nombreuses entreprises cherchent à combattre et prévenir cette pathologie, définie comme le mal du siècle, en investissant également dans des installations ou en permettant aux employés de profiter de consultations sur place, ou encore simplement d’informer et de former le personnel sur la sécurité et la santé.

Atteint de TMS, quels soins adopter ?

Comme pour les autres maladies, les TMS peuvent être soignées si cela est pris à temps et plusieurs méthodes médicales et naturelles sont alors envisageable.

Tout d’abord, consulter des spécialistes comme des ostéopathes ou kinésithérapeutes ou encore chiropracteurs est nécessaire pour trouver les troubles déjà profonds mais également pour situer le problème ou soigner une douleur. Ces différents spécialistes agissent sur les membres en les manipulant ou en les massant, soulagent et soignent les troubles et douleurs. Plusieurs séances sont nécessaires et ils seront également de bon conseil au niveau postural dans la vie de tous les jours.

Afin de combattre les problèmes d’articulations, comme l’arthrose ou autres problèmes d’articulations liés aux TMS, la prise de compléments de chondroïtine, comme on en trouve par exemple sur ce site, est également conseillée. Cette substance naturelle agit principalement sur les articulations et joue un rôle important dans le maintien du cartilage en augmentant l’action du liquide synovial.

Lorsque la douleur est trop forte, la tendance à utiliser des anti-douleur est souvent l’idée première, cependant un usage excessif pourrait endommager le foie et la phytothérapie peut devenir une bonne alternative. Il s’agit de médecine douce à base de plantes que l’on peut trouver sous plusieurs formes comme des tisanes, huiles essentielles ou encore des gélules. Chaque plante à une action, et par exemple le curcuma est reconnu pour soulager les rhumatismes et autres douleurs, la fleur d’arnica agit sur les muscles et le saule blanc possède des vertus analgésiques et anti-inflammatoires.

Bien sûr, consulter son médecin est indispensable avant toute médication, même par la prise de plantes ou de compléments alimentaires afin de prendre le bon dosage mais aussi pour éviter qu’ils n’interfèrent pas avec un traitement médical en court, car des effets secondaires indésirables pourraient apparaître et empirer les choses.

Recommended Posts

Leave a Comment